Bouaké

Formation islamique : l’ACIT forme des étudiants et travailleurs francophones

L’Académie Cheick Ibnou Taymiyat est subdivisée en plusieurs cycles de formation

Photo : APA

APA-Bouaké (Côte d’Ivoire) – L’Académie Cheick Ibnou Taymiyat (ACIT) a organisé, dimanche, à Bouaké, dans le Centre-Nord ivoirien, la deuxième édition de ses activités de fin d’année académique dénommée « Halaqatoul ilm» (le cercle de la science) autour du thème : « comment concilier occupations professionnelles, scolaires et apprentissage religieux ? ».

Cette cérémonie a été l’occasion pour les apprenants de ce centre spécialisé dans la formation religieuse islamique et l’apprentissage de la langue arabe de mettre en exergue le savoir qu’ils ont acquis tout au long de l’année académique 2018-2019.

Démontrant de ce fait devant le nombreux public qui a répondu présent au foyer des jeunes de Koko et les 5 membres du jury leur capacité de compréhension à travers un concours de mémorisation du saint Coran.

Des prestations libres dont deux communications de l’enseignant de lycée, Coulibaly Papoussé Moussa (en 1ère année à l’ACIT) et du Directeur d’école primaire (4è année), Berté Abdramane sur notamment la vie du prophête et le dogme sur l’unicité d’Allah (Tawid) ont également meublé ces festivités de fin d’année.

Le concours de lecture et de mémorisation du Coran a été successivement remporté par Diarresso Matcha, étudiante en Licence 2 de Géographie à l’Université Alassane Ouattara (UAO), Cissé Rokia (L1 géographie UAO), Diallo Mamadou (Master 2 à l’UAO), Coulibaly Youssouf (L2 Anglais) et Fofana Ousmane (L2 philosophie).

« Depuis 2003 (date de création de l’ACIT) ce sont près de quarante auditeurs issus de l’enseignement laïc, c’est-à-dire des élèves, des étudiants ainsi que des travailleurs du public et du privé qui ont été formés par notre académie en théologie islamique », s’est réjoui dans son allocution, le recteur de l’Académie Cheick Ibnou Taymiyat, l’imam Alassane Sidibé, se félicitant pour ces anciens de son institut qui ont décidé de se mettre au service de la communauté musulmane en devenant « des imams, des prédicateurs, des maitres coraniques…etc.».

Certains après avoir passé le bac islamique « sont en train de poursuivre leurs études au supérieur », a-t-il ensuite fait remarquer, relevant que cela vaut son pesant d’or parce qu’il est « recommandé à tous musulmans quelque soit sa formation initiale d’apprendre l’islam pour mieux la pratiquer et bénéficier ainsi des mérites de sa bonne pratique ».

A son tour de parole, le représentant du maire de Bouaké, le conseiller Sidiki Konaté, s’est dit fort impressionné par cette « performante » démonstration de ces apprenants francophones qui viennent ainsi prouver qu’ils maitrisent aussi bien que des élèves arabisant, toute la subtilité de la langue arabe.

Dans le même élan, le président régional de l’Association des musulmans sunites de Côte d’Ivoire (AMSCI), Nouh Diabaté, par ailleurs Imam de la Grande mosquée sunnite de Bouaké, a longuement remercié les initiateurs de ce programme pédagogique qui vient « combler un énorme vide » dans la compréhension et la pratique de la religion islamique dans la vie de tous les jours de ces musulmans enclins dans la culture francophone.

« Il est fait obligation à tous musulmans de chercher à connaitre sa religion au lieu de passer tous son temps, qui n’appartient véritablement que à Allah à rechercher des choses mondaines », a relevé pour sa part en substance l’Imam Bamba Bramassi Abass au cours de sa conférence publique qu’il a animée sous le thème : « comment concilier occupations professionnelles, scolaires et apprentissage religieux ? ».

L’Académie Cheick Ibnou Taymiyat est subdivisée en plusieurs cycles de formation qui commencent par la maternelle pour les 4 à 8 ans, suivi du cycle spécial enfant pour les 9 à 15 ans et du cycle consacré aux jeunes et aux adultes.

L’apprentissage de l’alphabet arabe, la lecture et la mémorisation du coran d’une part, ainsi que la mémorisation de plusieurs hadiths et invocations prophétiques authentiques et des généralités sur les bonnes pratiques de l’islam d’autre part, sont quelques modules clés constituant le programme de l’ACIT.

CK/ls/APA

Commentaires
Haut