Insolite

Possédé « par l’esprit de Schumacher », un marabout arrêté et jugé pour excès de vitesse

michael-schumacher-formule-1-sports

L’homme, jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Perpignan, a fait forte impression

Photo : DR

Le tribunal correctionnel de Perpignan a été téléporté dans une autre dimension le temps du procès de ce marabout de 47 ans. L’homme, un Africain à l’imposante carrure soufflant la zénitude, a été stoppé le 18 septembre dernier à Banyuls-sur-Mer après avoir passé la frontière pied au plancher en possession de cannabis. La drogue, il l’a achetée à la Jonquera chez un certain Jésus (ça ne s’invente pas) pour sa consommation personnelle de « 40 à 50 joints par jour ».

« La Coupe du monde, c’est moi qui l’ai dédiée à la France »
La dose quotidienne pour accueillir les esprits comme il se doit. Car, dit-il, « parfois, je suis habité par certaines personnalités » comme le pilote de formule 1 « Mickaël Schumacher qui m’oblige à conduire ». « Alors je conduis comme un fou mais ce n’est pas de ma faute. Je savais qu’il y avait les douaniers mais c’était plus fort que moi. Je suis un chaman connu en Suisse. J’arrive à faire des événements. La Coupe du monde, c’est moi qui l’ai dédiée à la France. Les esprits m’ont dit que Marine Le Pen allait gagner aux Européennes et allait devenir la prochaine présidente de la France. Mais je ne fais pas ce que je veux non plus. C’est eux qui décident. »

Lire aussi :
Refus de payer le loyer, le propriétaire leur retire portes et fenêtres

« La désintoxication vous mettrait donc au chômage », ironise le président Dooms. « Je suis allé voir un psychologue mais j’ai une autre dimension qu’il n’arrive pas à comprendre », rétorque l’homme, défendu par Me Gregone, invoquant l’indulgence et une peine avec sursis face aux réquisitions du procureur à hauteur de 8 mois ferme. Les incantations magiques du marabout ont finalement produit leur effet sur le tribunal qui lui a jeté un sort de 8 mois de prison… avec sursis.

Lire l’article source sur L’Indépendant.

Commentaires
Haut