Education

La rétention des notes « n’est qu’une ruse » des enseignants grévistes (Inspecteur général Education)

Photo : d'archives

Abidjan, 24 mai 2019 – [ALERTE INFO]- L’inspecteur général du ministère de l’Education nationale, Ibrahima Kourouma, a déclaré vendredi à Abidjan que « la confiscation des notes » des élèves annoncée par les enseignants grévistes, « n’est qu’une ruse » de la Coalition du secteur éducation/formation de Côte d’Ivoire (COSEFCI), à une conférence de presse.

« La confiscation des notes n’est qu’une ruse qui nous ramène à la forme la plus hideuse de la grève », a affirmé M. Kourouma, pour qui cette rétention est « une grève insidieuse ».

Mercredi, la COSEFCI a suspendu son mot d’ordre de grève et annoncé la « rétention des notes et moyennes » en vue de « boycotter les examens » scolaires.

Le 14 mai, la ministre ivoirienne de l’Education nationale Kandia Camara avait annoncé le report de la date de l’examen du Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE) du 05 juin au 1er juillet, en raison des grèves des enseignants qui ont eu « un impact négatif sur le rythme des apprentissages ».

Retenir les notes des apprenants et vouloir poursuivre l’enseignement « est un non-sens » au plan de la science, a dit l’inspecteur général, ajoutant que « cela revient au non-respect de la fonction enseignant ».

« En réalité, les enseignants membres de la COSEFCI n’ont pas suspendu leur mot d’ordre de grève. Ils cherchent plutôt à sauver leur salaire en faisant de travailler », a indiqué M. Kourouma.

Il a par ailleurs expliqué la suspension de leur mot d’ordre de grève « devrait entraîner la reprise totale des activités ».

Ibrahima Kourouma a précisé que les grévistes seront exposés « à des sanctions disciplinaires ».

Début janvier, les enseignants avaient entamé « une grève illimitée » pour exiger du gouvernement de meilleures conditions de vie et de travail. Elle avait été suspendue en mars après des négociations avec le gouvernement.

JBO

Commentaires
Haut