Sport

Le taekwondo, une passion grandissante en Côte d’Ivoire

Les jeunes veulent suivre la trace des grandes stars du taekwondo ivoirien

Photo : RFI

Les Championnats du monde 2019 de taekwondo débutent ce 15 mai à Manchester. Parmi les favoris, quelques Ivoiriens comme Ruth Gbagbi, championne du monde en titre, et Cheick Cissé, champion olympique en 2016. Deux athlètes qui seront très suivis en Côte d’Ivoire. Le pays se passionne de plus en plus pour cet art martial, le deuxième sport du pays derrière le foot.

De notre correspondant en Côte d’Ivoire, Youenn Gourlay,

Sur le bord du tapis, l’entraîneur Jean-Kévin Lélou est à fond. Son protégé d’à peine 10 ans donne absolument tout : des coups de pieds au casque et des coups de poings sur le plastron toujours précédés du fameux kiap. « On appelle, ça le kiap, le cri, explique Jean-Kévin. On relâche tout pour effrayer l’adversaire. Par exemple, mon petit qui est là est fan de foot mais il aime le taekwondo. Pourquoi ? Parce qu’il arrive à s’y exprimer ! »

Dans la salle polyvalente de Treichville à Abidjan, les jeunes ne veulent pas devenir les futurs Didier Drogba ou Nicolas Pépé, mais plutôt suivre la trace des grandes stars du taekwondo ivoirien, les deux médaillés olympiques en 2016 : Ruth Gbagbi et Cheick Cissé. Christopher Agbidi, 17 ans, est l’un d’entre eux. « Je me suis beaucoup entraîné et je pense que je peux aller plus loin. Je veux réussir à réaliser mes rêves. Je peux y parvenir. Je peux voyager comme Cheick Sallah et même faire mieux que lui. »

Lire la suite sur rfi.fr

Commentaires
Haut