Sipilou

Le nouveau poste de police saccagé et incendié par des manifestants en colère

« Le conducteur poursuivait son chemin à pied quand le policier a ouvert le feu sur lui, dans le dos », relate un témoin

Photo : FratMat

Le nouveau poste de police de Sipilou a été saccagé et incendié, le mardi 14 mai 2019, par des manifestants en colère, après qu’un chauffeur de taxi-moto a été abattu par un policier dans cette ville frontalière à la Guinée-Conakry, située à plus de 100 km de Man.

Selon des habitants de Sipilou interrogés par l’AIP, le conducteur de moto-taxi transportait une dame en partance pour Diguita, le premier village guinéen après la frontière.

Lors du contrôle de routine au poste frontalier, un policier constate que le conducteur de moto-taxi n’est pas en règle. L’agent de police demande au motocycliste de s’acquitter d’une “amende forfaitaire”, mais ce dernier refuse d’obtempérer, et décide de poursuivre son chemin. Le policier tente alors d’immobiliser l’engin en tirant sur la roue arrière.

«Le conducteur de moto-taxi est donc descendu et a fait savoir au policier qu’il peut garder la moto. Il s’attelait à poursuivre son chemin à pied quand le policier a ouvert de nouveau le feu sur lui, dans le dos. Il a été atteint et s’est écroulé », relate un témoin.

« Le chauffeur était en train d’être transporté d’urgence vers Man, quand il a succombé à ses blessures au niveau de la localité de Yorodougou (une sous-préfecture du département de Sipilou) », ajoute un autre habitant du village.

Suite à l’incident, le policer en cause se rend immédiatement à la gendarmerie, où il est placé en détention.

Mais la situation va dégénérer les heures qui suivent, puisque la passagère du motocycliste a, entre temps, alerté les habitants de Sipilou qui, promptement, descendent dans la rue pour manifester leur colère.

Lire la suite ici.

Commentaires
Haut