Politique

Le mouvement de Soro propose une « nouvelle offre politique » et appelle « à ne pas céder à la peur »

Ce mouvement qui a entre autres pour missions de « mener des réflexions sur les grandes questions d’intérêt national », a décidé « de créer un nouveau cadre d’expression politique

Photo : Alerte Info

Abidjan, 12 mai 2019 – [ALERTE INFO]- Le Comité politique, le mouvement de l’ex-président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro a appelé les Ivoiriens, à qui il propose une « nouvelle offre politique, à ne pas céder à la peur et aux chantages des dominants de l’heure », dans un communiqué à l’issue d’un conclave samedi à Katiola (Centre-nord).

Ce mouvement qui tenait sa première réunion trois mois après sa création, a fait le point de ses activités et analysé la situation socio-politique de la Côte d’Ivoire.

« La présente déclaration, en guise de bilan d’étape, appelle les Ivoiriens à ne pas perdre confiance, à ne céder d’aucune façon à la peur, aux chantages, à l’arrogance et à la suffisance des dominants de l’heure », indique le communiqué final de la réunion présidée par M. Soro.

Ce mouvement qui a entre autres pour missions de « mener des réflexions sur les grandes questions d’intérêt national », a décidé « de créer un nouveau cadre d’expression politique et de proposer une nouvelle offre politique aux Ivoiriens ».

Il envisage de « doter définitivement la Côte d’Ivoire d’un Etat de droit moderne, réaliser le développement intégral et harmonieux » du pays, « bâtir une socio-économie en tous domaines et une véritable nation au-delà des particularismes communautaires ».

Le Comité politique veut « rompre les amarres avec la querelle des héritiers et des opposants du président Houphouët et assumer les devoirs de la nouvelle génération d’acteurs de l’histoire nationale », car la Côte d’Ivoire « ne peut plus être prise en otage par les haines, les vengeances sempiternelles et les rancœurs réchauffées du passé ».

Le mouvement a assuré que la tournée de M. Soro, débutée dans le Nord de la Côte d’Ivoire, pour expliquer le comité politique, « se poursuivra à l’Est, au Sud, Centre, et à l’Ouest du pays ».

Avant cette réunion, l’ex-président de l’Assemblée nationale a rencontré vendredi à Katiola, les partis et mouvements pro-Soro.

Poussé à la démission de la présidence de l’Assemblée nationale en raison de son refus d’adhérer au Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP unifié), le nouveau parti présidentiel, M. Soro a lancé en février un Comité politique, en abrégé CP.

EFI

Commentaires
Haut