Présidentielle 2020

Le Gouvernement va « renforcer » le dialogue politique pour des « élections apaisées en 2020 »

Togo-élections-législatives

Le gouvernement est favorable à un rééquilibrage des forces au sein de la CEI, alors que l’opposition voudrait un toilettage

Photo : Archives

Abidjan, 01 mai 2019 – 15H22 GMT [ALERTE INFO] – Le gouvernement ivoirien va « renforcer » le dialogue politique sur la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) entamé avec l’opposition et les organisations de la société civile depuis janvier, « en vue d’assurer des élections apaisées en 2020 », a affirmé mercredi à Abidjan le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, à l’occasion de la célébration de la Fête du travail.

« Le dialogue politique en cours, avec l’ensemble des partis et groupements politiques ainsi qu’avec les organisations de la société civile, sera renforcé en vue d’assurer des élections apaisées en 2020 », a dit M. Gon, dans son discours.

Il a assuré aux travailleurs que « rien ne viendra contrarier la dynamique de progrès impulsée (au) pays depuis 2012 par toutes les forces vives de la nation », avant de poursuivre: « nous devons aller de l’avant et je peux vous le dire, nous irons de l’avant ensemble ».

Depuis le 21 janvier le gouvernement a entamé des séries de rencontres (dont la dernière s’est tenue le 04 avril) avec l’opposition et la société civile pour la réforme de la Cei, ordonnée par un arrêt de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples.

Si tous les acteurs sont unanimes sur la nécessité d’une recomposition du bureau central dominé par les représentants du pouvoir (neuf commissaires centraux, dont cinq issus de l’administration), la réforme en profondeur, elle, ne fait pas l’unanimité.

Le gouvernement est favorable à un simple rééquilibrage des forces au sein de la Commission, alors que l’opposition voudrait un toilettage, allant jusqu’au changement de la dénomination de la commission, ainsi que la refonte du Conseil constitutionnel, du code et du découpage électoral.

Dans son arrêt du 18 novembre 2016, la Cour africaine « ordonne à l’Etat » de Côte d’Ivoire de « modifier la loi (…) relative à la Commission électorale indépendante pour la rendre conforme aux instruments » internationaux, après avoir « conclu que (sa) composition (…) est déséquilibrée en faveur du pouvoir ».

MYA

Commentaires
Haut