Football

Retransmission Can 2019 : l’UAR détient l’exclusivité en Afrique subsaharienne

Les droits de retransmission dépendent de plusieurs facteurs dont le « PIB du pays et sa situation sociopolitique » (DG de l’UAR)

Photo : APA

APA-Dakar (Sénégal) Par Ibrahima Dione – Le Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) a cédé à l’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR) l’exclusivité des droits de retransmission de la Coupe d’Afrique des nations 2019, a révélé, mardi à Dakar, Grégoire Ndjaka, le Directeur Général de l’UAR.

« Le rêve est devenu une réalité. Pour la première fois de son histoire, l’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR) a remporté haut la main l’appel d’offres organisé par la Confédération africaine de football (CAF) pour les compétitions couvrant la période 2019-2023. L’UAR est donc dans ce domaine le représentant unique et exclusif de la CAF pour la zone Afrique au sud du Sahara », a indiqué Grégoire Ndjaka.

S’exprimant en conférence de presse, le Directeur Général de l’UAR a fait savoir que « le Comité exécutif de la CAF a reconnu, approuvé et félicité le projet et les efforts entrepris par l’UAR depuis bientôt quatre ans. Par cet acte, la CAF consacre le caractère entièrement africain de ses compétitions ».

De l’avis de M. Ndjaka, « cette réussite, il faut le dire, est celle d’un partenariat entre les secteurs public et privé car nous (UAR) avons présenté une offre qui est un savant dosage entre les acquis des deux secteurs ».

Poursuivant, il a précisé que les droits de retransmission de la CAN ne peuvent être acquis seuls puisqu’il s’agit d’un package. « Nous n’avons pas de package intitulé CAN. Nous avons un ensemble de compétitions notamment le beach soccer, les CAN U17, U20 et U23, la Coupe de la Confédération et la Supercoupe. C’est ce package que nous vendons », a-t-il souligné.

Le DG de l’UAR n’a pas manqué de saluer la démarche d’Ahmad Ahmad, actuel président de la CAF qui, selon lui, « est un grand fils de ce continent qui a compris les enjeux de la question des droits de retransmission et qui a cru au potentiel des radiodiffuseurs. Il a su déjoué les manigances de plusieurs personnes, quelques fois même de ses conseillers les plus proches pour faire triompher la compétence, l’éthique et le savoir-faire ».

Partant de là, il a promis « de traduire en acte tous les engagements pris auprès de la CAF afin de promouvoir les activités de cette organisation et développer le football en Afrique ».

Évoquant le coût de l’acquisition des droits de retransmission, Grégoire Ndjaka a informé que « c’est difficile de dire à combien il s’élève parce que dans ce secteur, il y a des hypothèses hautes et basses. Le coût est fonction d’un certain nombre de considérations. N’ayant pas encore fait le tour du continent, nous ne pouvons pas en parler en ce moment ».

Au Sénégal, il y a récemment eu des différends entre des médias par rapport aux droits de retransmission des compétitions africaines voire internationales. « Dans un cas comme celui du Sénégal où il faut tenir compte de la diversité médiatique (plus d’une quinzaine de télévisions), on va, comme nous le demande la CAF, intégrer la notion de partage qui se fera avec le détenteur naturel des droits, c’est-à-dire le mandat (la RTS) ».

En d’autres termes, aucune télévision ne peut imposer à l’UAR la mise à l’écart de la Radiodiffusion Télévision Sénégalaise (RTS, publique). « La RTS faisait partie de la négociation. La seule opportunité qui s’offre à nous, c’est le partage qui doit se faire entre ceux qui veulent venir, la RTS et nous. Rien ne peut se faire sans la RTS », a déclaré Grégoire Ndjaka.

En outre, il a rappelé que « c’est l’UAR qui cède les droits de retransmission mais elle ne le fait pas de manière arbitraire. J’ai d’ailleurs commencé des discussions avec un certain nombre de télévision. J’ai reçu hier lundi Mamadou Ibra Kane, le Directeur Général du groupe e-média (privé). J’ai rendez-vous jeudi prochain avec Birane Ndour, le Directeur Général du groupe Futurs Médias (privé). Je vais rencontrer le gouvernement et le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) pour avoir leur point de vue ».

Pour ce qui est du coût de la rétrocession des droits de retransmission, M. Ndjaka a fait noter que « l’UAR n’a pas pour vocation de faire augmenter les coûts. Nous ne sommes pas des commerçants. Si nous avons décidé de rentrer dans la bataille, c’est justement parce que nous pensons que nous pouvons faire en sorte que ces coûts soient maintenus à un niveau abordable ».

A en croire le DG de l’UAR, « les droits de retransmission tiennent compte des plusieurs paramètres. Les pays qualifiés à la CAN payent plus cher que ceux non qualifiés. On prend aussi en compte le Produit intérieur brut (PIB) du pays et sa situation sociopolitique ».

L’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR) se fixe comme date limite le 30 avril prochain pour communiquer davantage sur l’identité des médias triés sur le volet pour diffuser entre autres la Coupe d’Afrique des nations 2019.

Pour la première fois depuis la création de la CAN, vingt-quatre sélections sont qualifiées pour la phase finale. Le tirage au sort de cette joute continentale, prévue du 21 juin au 19 juillet en Egypte, a été effectué le 12 avril dernier.

ID/te/APA

Commentaires
Haut