Football

« On a acheté Ronaldo pour gagner la C1… mais le football, ce n’est pas des maths » (Massimiliano Allegri)

« L’Ajax a mis en difficulté le Bayern, le Real et la Juve. (…) Je suis déçu, bien sûr. Mais l’Ajax mérite », explique le Président de la Juve

Photo : Eurosport

LIGUE DES CHAMPIONS – Battue et logiquement éliminée par l’Ajax Amsterdam (1-1, 1-2) ce mardi, la Juventus a pris la porte dès les quarts de finale. Un échec au vu des ambitions du début de saison. Interrogé après la rencontre, Andrea Agnelli, président du club italien, a relativisé cette déception et a félicité son adversaire. Massimiliano Allegri, son coach confirmé, a quant à lui philosophé.

Implacable. Malmenée sur sa pelouse par l’Ajax Amsterdam, la Juventus a été éliminée de la Ligue des champions ce mardi soir (1-1 à l’aller, 1-2 au retour) par une équipe qui l’a dominée. Malgré un nouveau but de Cristiano Ronaldo, la Vieille Dame n’a rien pu faire face à cette bande de gamins qui renverse tout sur son passage. Un échec pour le club italien, qui avait recruté le Portugais dans l’espoir de soulever une coupe qui ne cesse de la fuir. Mais CR7, quintuple vainqueur de la compétition, ne pouvait pas tout faire.

Forcément déçu après cette élimination, Andrea Agnelli, le président de la Juve, s’est arrêté au micro de Sky Italia. « L’Ajax a largement mérité sa victoire. Ils (les joueurs de l’Ajax) ont mis en difficulté le Bayern, le Real et la Juve. Il faut reconnaître les mérites de l’adversaire. Ils jouent un football extraordinaire. Je suis déçu, bien sûr. Mais l’Ajax mérite », explique-t-il. Lucide face à la supériorité de son adversaire du jour, Agnelli a toutefois tenu à positiver.

Lire aussi :
Les cinq entraîneurs les mieux payés au monde pour la saison 2018-2019

Allegri, parti pour rester
« Ça fait 5-6 ans qu’on dispute régulièrement les quarts, on doit aussi être fiers de ça. Un échec par rapport à nos prévisions de début de saison ? Je me répète, mais l’Ajax à dominé le Bayern, le Real et la Juve ce soir. Il peut prétendre au titre. Parfois, on peut aussi avoir la culture des compliments à l’adversaire », affirme le président de la Juventus.

Lire la suite ici.

Commentaires
Haut