Europe

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, arrêté à Londres

Son audition pourrait avoir lieu dès jeudi, selon le personnel du tribunal interrogé par l’AFP

Photo : DR

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a été arrêté jeudi à Londres à la suite d’une demande d’extradition des États-Unis, où il est arrêté pour « piratage informatique », a révélé le ministère américain de la Justice.
Selon l’acte d’inculpation, qui était jusqu’ici sous scellé, l’Australien est accusé d’avoir aidé l’ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents ultraconfidentiels ensuite révélés au public.

Le fondateur de WikiLeaks pourrait comparaître le même jour devant la justice britannique.
« Julian Assange, 47 ans, a été arrêté aujourd’hui, jeudi 11 avril, par des agents du service de la police métropolitaine (MPS) à l’ambassade d’Équateur », a annoncé Scotland Yard, expliquant qu’il a été procédé à cette interpellation en vertu d’un mandat de juin 2012 délivré par le tribunal londonien de Westminster, pour non-présentation au tribunal, ainsi que d’une « demande d’extradition américaine ».

L’Australien a été placé en garde à vue dans un commissariat londonien et sera « présenté au tribunal de Westminster dès que possible ». Son audition pourrait avoir lieu dès jeudi, selon le personnel du tribunal interrogé par l’AFP. Par la voix de sa ministre des Affaires étrangères, Marise Payne, l’Australie s’est à cet égard dite « convaincue » qu’il bénéficierait d’un traitement judiciaire équitable au Royaume-Uni.

Apparu vieilli et affaibli, cheveux blancs et barbe hirsute, Julian Assange a été porté hors de la représentation diplomatique équatorienne vers 9h30 par six policiers habillés en civil jusqu’à un fourgon de police, selon une vidéo de son arrestation filmée par l’agence Ruptly TV.

« Le Royaume-Uni doit résister ! », s’est-il alors écrié, a raconté l’auteur de cette vidéo.

L’arrestation a été confirmée par le ministre britannique de l’Intérieur, Sajid Javid, qui a déclaré sur Twitter que « personne n’est au-dessus des lois », son collègue aux Affaires étrangères Jeremy Hunt estimant quant à lui dans un communiqué que « Julian Assange n’est pas un héros ».
Lire la suite sur FratMat.info

Commentaires
Haut