Société

L’UE remet un document d’analyse sur l’égalité hommes-femmes en Côte d’Ivoire

L’ambassadeur Kirchmann en compagnie de la ministre Bakayoko-Ly, tenant le document

Photo : AIP

Abidjan, 22 mars (AIP) – L’Union européenne a remis, jeudi, un document sur l’analyse de l’égalité hommes-femmes en Côte d’Ivoire au cours d’une cérémonie initiée pour rendre hommage aux femmes en ce mois de mars qui leur est dédié.

Riche en enseignements et assortie de recommandations sur l’action du gouvernement ivoirien et de ses partenaires en matière de promotion de l’égalité hommes-femmes, cette étude a été remise par l’ambassadeur de l’Union européenne Jobst von Kirchmann, à la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Bakayoko-Ly Ramata et en présence d’autres ministres femmes du gouvernement.

Pour la ministre Bakayoko-Ly, ce document constitue un outil très précieux du diagnostic qui permettra de mesurer et de comprendre l’évolution de la situation en terme d’égalité entre les hommes et les femmes et d’aide à la décision qui va contribuer à mieux orienter les priorités.

Il permettra de nourrir le dialogue politique entre l’UE et la Côte d’Ivoire et d’améliorer les réponses à apporter aux questions de l’égalité de sexe, a-t-elle ajouté adressant ses félicitations et ses encouragement à l’Union Européenne pour son engagement indéfectible au côté de la Côte d’Ivoire.

Son excellence Kirchmann a saisi l’occasion pour souligner le rôle-clé des femmes dans le développement des Etats en rappelant que « les pays qui traitent les femmes et les hommes sur un pied d’égalité connaissent une meilleure croissance économique». Le diplomate a révélé qu’en Côte d’Ivoire, le gain économique potentiel lié à l’égalité hommes-femmes a été évalué à plus de 4.000 milliards de francs CFA par la Banque Mondiale.

« Il en va de même pour les entreprises qui comptent des femmes parmi leurs dirigeants ou pour les accords de paix dont les négociations impliquent des femmes : ils obtiennent de meilleurs résultats, plus durables. », a souligné l’Ambassadeur relevant que les parlements où siègent des femmes adoptent davantage de lois portant sur des questions sociales fondamentales telles que la santé, l’éducation, la non discrimination et les allocations familiales.

(AIP)

bsb/kam

Commentaires
Haut