Café et Cacao

Initiative cacao et forêt : les communautés villageoises veulent être associées à la politique de gestion

Atelier de restitution à Yamoussoukro sur l’initiative café cacao

Photo : AIP

Yamoussoukro, 16 mars (AIP) -Les communautés villageoises et la société civile de Côte d’Ivoire ont demandé, vendredi, lors d’un atelier de restitution, à Yamoussoukro, à être associés à la politique nationale de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts sur l’initiative cacao et forêt.

L’initiative Cacao et forêts est un engagement pris, en mars 2017, à Londres, par les plus importantes entreprises de la filière du cacao et du chocolat à travailler ensemble, en partenariat avec d’autres organisations, afin de mettre fin à la déforestation et à la dégradation des forêts dans la chaîne d’approvisionnement mondiale du cacao.

L’argumentaire des communautés villageoises, c’est de ne pas laisser la gestion de la forêt aux seules mains des acteurs privés de peur que cela ne profite pas aux communautés villageoises, a traduit le facilitateur de l’atelier, Jean-Paul Aka, Conseiller technique au programme pour les commodités vertes du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

L’atelier national de restitution des résultats des missions de consultations régionales des populations locales sur la politique nationale de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts en vue de la prise en compte de leurs préoccupations a rassemblé, deux jours durant, les représentants des villages et de neuf Ong pour faire une large diffusion du rapport final des consultations national réalisées en novembre 2018.

Initié par le Groupe national de travail pour la gestion durable des forêts et la certification forestière en Côte d’Ivoire (GNTCI), l’atelier s’inscrit dans le cadre du projet « Renforcement des capacités des acteurs non-étatiques à améliorer les processus APV-FLEGT et REDD+ en Afrique de l’Ouest », financé par l’Union européenne.
(AIP)
nam/fmo

Commentaires
Haut