Environnement

Lutte contre la transhumance: La réunion de Ghana propose une surveillance accrue des frontières

Un troupeau de bœuf sur l’axe Wa-Sawla au Ghana

Photo : AIP

Wa (Ghana), 16 mars (AIP)-La rencontre transfrontalière des préfets de régions du Ghana, le Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire qui ont en partage la Volta Noire propose une surveillance accrue des frontières et des parcs comme une alternative pour freiner la transhumance.

Ils ont fait cette recommandation, mercredi, lors de leur traditionnelle rencontre transfrontalière qui a eu lieu à Wa, une localité du Ghana. Les préfets de ces trois pays ont aussi opté pour la conduite des bêtes vers les postes de services vétérinaires.

Ils sont partis du constat que des troupeaux de bœufs transitent d’un État à un autre sans contrôle préalable, du fait de la porosité des frontières notamment entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Certains de ces troupeaux infiltrent des parcs nationaux comme la Comoé et Koulbi au Burkina Faso où ils vont en parturge sous la houlette de bouviers.

Cette situation peut engendrer des questions de santé animale et humaine et de dégradation de la biodiversité.

Cette séance de travail s’inscrivait dans le cadre de rencontres périodiques entre experts de ces trois pays pour des réflexions avancées et la mise en œuvre de stratégies visant à maintenir une sécurité tout azimut à ces frontières.

(AIP)

on/fmo

Commentaires
Haut