Dabou

Le cancer du sein au cœur d’un atelier de formation

Cette activité est issue du partenariat entre l’Etat de Côte d’Ivoire, et les laboratoires Roche

Photo : AIP

Dabou, 08 mars (AIP)- Des acteurs de premier contact que sont les infirmiers et sage femmes du district sanitaire de Dabou ont été instruits, jeudi, lors d’un atelier, au complexe hôtelier Akparo sur le cancer du sein.

Cette activité, qui s’inscrit dans le cadre d’un programme national triennal dénommé “Access”, est issue du partenariat entre l’Etat de Côte d’Ivoire, et les laboratoires Roche. Piloté par le programme national de lutte contre le cancer, elle vise à former et à sensibiliser les sages femmes et les infirmiers sur le cancer du sein.

Justifiant les motivations de l’atelier, Dr Kouassi Comoé Jean Claude, médecin cancérologue, chargé du partenariat et de la multisectorialité au Programme national de lutte contre le cancer (PNLC) a indiqué que “le cancer du sein est le premier cancer chez la femme avec des taux de mortalité assez élevés à cause du diagnostic tardif, d’où la nécessité de former et sensibiliser les acteurs de premier contact sur la prévention et le dépistage précoce”.

Pour se faire, ils ont été formés sur trois modules principaux à savoir : les généralités sur le cancer du sein (définition, épidémiologie, les signes et complications, les moyens de traitement), les bonnes pratiques c’est à dire l’examen correct des seins, les anomalies constatées et les examens à prescrire, et enfin les cas cliniques assortis d’exercices pratiques sur mannequin.

Dans la la foulée, il a levé le voile sur l’état des lieux de la maladie qui est de 40 cas pour 100.000 femmes, soit 2600 nouveaux cas chaque année qui, selon lui, sont découverts généralement à un stade avancé.

Par conséquent, le spécialiste du cancer du sein préconise à chaque sage femme et infirmier la sensibilisation et le dépistage précoce du cancer dans chacune de leurs consultations. “Nous les formons à bien examiner les patientes, à les sensibiliser sur le cancer du sein, à faire le dépistage précoce, mais aussi et surtout à leur apprendre à d’auto-palper les sein et venir tôt à l’hôpital pour éviter les mauvais pronostics”, a-t-il dit.

Poursuivant le chargé du partenariat cancer du sein a conseillé aux acteurs de soumettre toutes les femmes d’au moins 20 ans qui se présente à une consultation à un examen des sein une fois par mois, et prescrire une mammographie annuelle à celles dont l’âge excède 45 ans .

(AIP)

bec/fmo

Commentaires
Haut