Société

La Côte d’Ivoire harmonise ses lois sur la protection des enfants avec les instruments juridiques internationaux

L’atelier prend fin vendredi

Photo : AIP

Grand Bassam, 21 fév (AIP)- Des participants à un atelier, depuis mardi, à Grand Bassam, nourrissent des réflexions destinées à harmoniser les lois ivoiriennes avec les instruments juridiques régionaux et internationaux sur les punitions physiques et humiliantes, le mariage des enfants, les mutilations génitales féminines et les violences sexuelles.

Ces participants sont issus du forum des organisations non gouvernementales et associations d’aide à l’ enfance en difficulté et de la direction de la Protection juridique de l’Enfant et de la Jeunesse. Ils bénéficient de l’appui financier de Save the Children.

Ils procèdent à la révision et à l’amélioration de la législation nationale ivoirienne sur les punitions physiques et humiliantes, la violence, les mutilations génitales féminines et les mariages des enfants conformément aux instruments régionaux et internationaux.

Selon la sous-directrice chargée de la prévention de la délinquance juvénile, Mme Koffi Marie Chantale, cet atelier “est un exercice important qui va permettre la vérification de l’adéquation des lois nationales aux conventions ratifiées et voir comment combler les écarts entre notre législation et ces conventions”.

Pour la coordinatrice du projet Afrique de l’Initiative Mondiale pour mettre fin à tous les châtiments, ” l’occasion est opportune au moment où la Côte d’Ivoire est entrain de procéder à des reformes juridiques de proposer à mettre définitivement fin aux châtiments corporels des enfants dans toutes ses formes.

Le secrétaire exécutif du forum et des ONG d’aide à l’Enfance, Attiapo Éric, a plaidé auprès du gouvernement ivoirien pour l’application effective de ces lois conformément aux standards internationaux une fois ces textes adoptés.

L’atelier prend fin vendredi.

(AIP)

ko/ask

Commentaires
Haut