Maroc

14 Février 2019 – Politique et militaire au menu des quotidiens

APA-Rabat (Maroc) – Les quotidiens marocains parus ce jeudi consacrent de larges commentaires à la visite du Roi d’Espagne au Maroc, à la modernisation des équipements militaires marocains, à la clôture de la session parlementaire d’automne et l’accord de pêche Maroc-UE.

+Aujourd’hui le Maroc+ écrit que les liens historiques et économiques entre le Maroc et l’Espagne sont impérissables. En témoigne la visite du roi Don Felipe VI et de la reine Dona Letizia, souverains du Royaume d’Espagne. Une visite qui va ouvrir de nouvelles perspectives de partenariat entre les pays des deux rives de la Méditerranée. Cette visite officielle, la première du roi Felipe VI au Maroc et la troisième du genre d’un souverain espagnol au Maroc après celles de 1979 et 2005, procure une spécificité particulièrement solennelle à la relation entre nos deux pays.

Le roi Mohammed VI et le roi Felipe VI partagent une vision stratégique et la même détermination de faire de la relation entre les deux pays voisins un exemple de partenariat Nord-Sud, solide et novateur en faveur du bien-être des deux pays, contribuant ainsi à la paix, la stabilité et la prospérité dans le bassin méditerranéen et la façade atlantique, relève la publication.

Dans un autre registre, +Akhbar Al Yaoum+ souligne que le Maroc poursuit la politique de modernisation de ses équipements militaires. Le quotidien rapporte ainsi qu’une opération de perfectionnement et de développement de sa flotte d’avions de chasse F16 a été effectuée. Et de préciser que cette opération a été accomplie par le géant de l’industrie aéronautique américain, Lockheed Martin, suite à une transaction signée en 2016 entre les Forces armées royales (FAR) et le Pentagone.

L’opération, révèlent les sources du quotidien, a consisté en la dotation des avions de chasse marocains F16 d’équipements électroniques sophistiqués. Ces équipements permettront aux chasseurs marocains de renforcer leur capacité de repérage et de capter des signaux afin d’échapper à des missiles qui les ciblent à partir des bases terrestres. Il s’agit d’une opération permettant à la défense aérienne de mieux renforcer ses capacités de riposte.

+Al Akhbar+ fait savoir que le Parlement vient de clôturer, mercredi, sa session d’automne, la cinquième depuis le début du mandat. C’est donc la moitié de l’actuelle législature qui vient d’être épuisée, sans donner lieu à un quelconque moment marquant sur la scène politique, écrit le journal.

Il est évident, note le journal, que l’ouverture ou la clôture d’une session parlementaire n’intéresse aucunement les Marocains. Ils n’y prêtent pas attention, parce qu’ils n’ont pas le sentiment que le début ou la fin d’une session ait une quelconque incidence sur leur vécu. C’est un non-événement dans leur agenda, observe la publication.

Mais au-delà de cette impression négative que pourraient avoir les Marocains sur l’institution législative, il faut dire que certains préjugés, qui ont la peau dure, risquent d’être vérifiés. C’est le cas concernant l’impression que donne le Parlement de ne pas mériter l’argent qui lui est consacré et est supporté par le contribuable. Le moins que l’on puisse dire, en effet, est que le bilan de la mi-mandat est médiocre.

Les chiffres le confirment. Deux Chambres réunies n’ont adopté, que 140 textes de loi, dont 60% composés de traités et accords internationaux. Les chiffres confirment également que les 515 parlementaires auront coûté au budget de l’Etat pas moins de 2,5 milliards de dirhams en salaires et autres indemnités. Ces mêmes 515 élus n’ont pu, pendant toute cette durée, convaincre le gouvernement d’accepter que 8 propositions de loi, au demeurant des textes élémentaires dont le contenu ne dépasse pas deux articles, portant la plupart du temps sur des amendements de lois déjà existantes.

+Libération+ indique que le Parlement européen a adopté mardi en session plénière à Strasbourg et à une écrasante majorité le nouvel accord de pêche avec le Maroc, ce qui constitue un nouveau camouflet pour les séparatistes du Polisario.

Ce vote est la dernière étape de validation au niveau européen avant l’adoption par le Parlement marocain et l’entrée en vigueur de cet accord qui fixe les conditions d’accès pour la flotte européenne et prévoit les exigences d’une pêche durable, rappelle-t-il.

Son adoption par 415 voix pour, 189 contre et 49 abstentions sur 653 députés présents à la plénière, constitue le couronnement d’un processus de négociations techniques, de validations juridiques et de concertations politiques entre le Maroc et l’UE empreint de sérénité, de confiance et de responsabilité, de nature à préserver les fondamentaux de l’intégrité territoriale, les intérêts économiques du Royaume et le partenariat historique multidimensionnel entre les deux parties, relève la publication.

HA/APA

Commentaires
Haut