Sénégal

Présidentielle : Khalifa Sall soutient Idrissa Seck

Ce 8 février, la Cour de justice de la Cedeao a rejeté les recours introduits par Khalifa Sall

Photo : Archives

APA-Dakar (Sénégal) Par Edouard Touré – L’ex député-maire de Dakar, Khalifa Sall apporte son soutien à Idrissa Seck, leader de la coalition Idy 2019 pour la présidentielle sénégalaise dont le premier tour est prévu le 24 février 2019.

« (…) j’ai décidé́, en accord avec les partis et organisations membres de Taxawu Senegaal ak Khalifa Ababacar Sall, d’accepter l’offre d’alliance du candidat Idrissa Seck. Ensemble, nous avons décidé́ de sceller un partenariat fondé sur un engagement commun de rupture et de refondation de la gouvernance institutionnelle, démocratique, économique et sociale. Avec Idrissa Seck et avec toutes les forces vives de la Nation, nous allons construire la force de l’élan nécessaire pour réaliser notre ambition commune pour un Sénégal de paix, de progrès, de liberté́, de justice sociale et de solidarité́ », dit Khalifa Sall dans une déclaration datée de ce vendredi 8 février 2019.

Dans son texte, M. Sall révoqué de la mairie de Dakar et radié de l’Assemblée nationale suite au verdict du procès de l’affaire dite de la caisse d’Avance de la ville de Dakar, ajoute : « Je sais que vous êtes prêts à engager ce combat. Je le suis avec vous, convaincu que le Sénégal vaut tous les sacrifices. Je resterai cet homme trempé dans les valeurs, un homme politique qui ne se reniera jamais et qui ne renoncera jamais à son engagement pour notre pays ».

Selon lui, hier saluée par le monde entier, la démocratie sénégalaise a été́ « mise à mort ces sept dernières années par la rupture du dialogue politique, par la manipulation de la Constitution, par les tripatouillages du processus électoral et par la remise en cause des acquis démocratiques ».

« Durant sept années, a-t-il diagnostiqué, les institutions et les lois de la République ont été́ manipulées et détournées par le pouvoir en place pour se tracer le chemin d’une réélection sans péril. A l’heure où le Sénégal et les Sénégalais ont disparu du discours officiel pour faire place à l’obsession du second mandat, je vous parle de notre pays. Parce que le Sénégal, dont l’histoire s’est construite à force de sacrifices et de courage, est plus grand que nos destins individuels, plus grand que les arrangements d’appareil, plus grand que ceux qui prennent le peuple pour un marchepied pour leurs ambitions ».

Ce 8 février, la Cour de justice de la Cedeao a rejeté les recours introduits par Khalifa Sall pour contester l’invalidation par le Conseil constitutionnel de sa candidature à l’élection présidentielle au Sénégal.

TE/APA

Commentaires
Haut