Dabou

Vers l’harmonisation des us et coutumes Adjoukrou

Photo : AIP

Dabou, 20 jan (AIP) – Les us et coutumes des communautés Adjoukrou vont bientôt connaître une harmonisation et une adaptation aux temps nouveaux, selon les recommandations d’une rencontre tenue samedi à la place publique du village de Grand Bouboury (sous-préfecture de Dabou).

Ont pris part à ce premier pré-congrès initié par la Haute autorité coutumière Adjoukrou, les représentants des patriarches (Ebebou) des 42 villages que compte Dabou, les représentants des classes d’âge inférieures, ainsi que tous ceux qui sont susceptibles d’apporter des éclairages.

Les enjeux étant, selon le président de la rencontre, Anikpo Daniel, d’harmoniser les pratiques traditionnelles dans tous les villages, mais aussi et surtout de les adapter aux temps nouveaux. “Nos us et coutumes sont en train de disparaître ou d’être mal pratiqués. Il nous appartient d’échanger et de faire des propositions qui soient admises par tous”, a-t-il indiqué.

M. Anikpo a précisé que le coût élevé des cérémonies, les croyances religieuses et les périodes scolaires sont autant d’obstacles qui éloignent les peuples Adjoukrous de la pratique de leur culture, d’où la disparition de certaines valeurs.

Pour cela, les propositions sorties de ce premier pré-congrès consisteront à passer en revue toutes les cérémonies (Low, Dediakp, Agbandji, Ebeb) et même les rites funéraires, et à les valider en termes de coût, de durée, de période et de simplification des pratiques qui seront désormais de mise dans le Leboutou.

Le secrétaire de général de la Haute autorité coutumière de Lodjoukrou, Agnero Akparo Ambroise, a pour sa part noté que deux autres pré-congrès auront lieu dans les semaines à venir dans les villages de Debrimou et d’Orbaff respectivement pour statuer sur les thèmes “Développement, sécurité et paix” et “Intégration des jeunes et des femmes dans les instances dirigeantes du peuple Adjoukrou”, avant le congrès prévu en mars, pour la validation de toutes les propositions issues des trois pré-congrès.

“La culture Adjoukrou est dynamique et nous devons nous adapter au monde d’aujourd’hui. C’est pourquoi, les thèmes dont nous débattons sont d’actualité pour le bon de tous les fils et filles du Leboutou. On ne peut pas être Adjoukrou et avoir des pratiques différentes”, a-t-il conclu.

Le département de Dabou est le seul terroir du peuple Adjoukrou, en Côte d’Ivoire. Il compte 42 villages repartis en deux grands groupes à savoir les villages forestiers appartenant à la confédération de Debrimou et ceux de la côte, du bord lagunaire conduits par le village de Grand Bouboury.

(AIP)

bec/cmas

Commentaires
Haut