Mines

Le gouvernement met sur pied une brigade de répression de l’orpaillage clandestin

Cette brigade de répression sera constituée d’agents assermentés des mines et d’éléments de la Gendarmerie

Photo : AIP

Abidjan, 12 déc (AIP) – Le gouvernement a adopté en conseil des ministres mercredi une communication instituant une brigade de répression des infractions au code minier, en vue de renforcer et d’accroître la lutte contre l’orpaillage clandestin qui connait un regain en dépit des efforts réalisés.

« En dépit de cinq opérations successives de déguerpissement menées dans le cadre du programme national de rationalisation, l’orpaillage clandestin connait un regain d’intensité sur l’étendue du territoire national », a déploré le porte-parole, Sidi Touré, annonçant la création de la brigade dont la mission sera de « traiter des renseignements sur les infractions au code minier, d’en rechercher leurs auteurs et les traduire devant les juridictions compétentes ».

Cette brigade de répression sera constituée d’agents assermentés des mines et d’éléments de la Gendarmerie. Les opérations de déguerpissement menées antérieurement ont mobilisé plus de 2000 gendarmes, signale-t-on.

La mise sur pied de la brigade répond, selon le porte-parole du gouvernement, au souci de résoudre durablement le problème de l’orpaillage clandestin.

Lire aussi :
Une demi-douzaine de recommandations pour promouvoir l’industrie extractive dans la CEDEAO

« Aussi le conseil a instruit le ministre chargé des Mines et l’ensemble des ministres concernés à l’effet de prendre à court terme les mesures appropriées pour l’actualisation de la cartographie de l’orpaillage clandestin en Côte d’Ivoire, de réactiver les comités techniques locaux afin d’éviter les recolonisations et reprendre la délivrance des autorisations d’exploitation minière artisanale et semi industrielle aux requérants remplissant les conditions prévues par la réglementation minière », a-t-il conclu.

(AIP)

kg/kam

Commentaires
Haut