Afrique

“Le partenariat entre les Nations unies et l’UA s’est renforcée au cours des années écoulées” (Moussa Fakhi Mahamat)

Moussa Faki Mahamat - Comission UA - Afrique - ONU

Le président de la Commission de l’UA a rappelé les principes qui devraient guider l’action commune en appui à la paix

Photo : DR

New-York, 6 déc (AIP)- Le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a déclaré que le partenariat entre les Nations unies et l’Union africaine s’est significativement renforcée au cours des années écoulées.

M. Faki Mahamat s’exprimait, mercredi, à l’occasion du débat de haut niveau de la présidence de la Côte d’Ivoire au Conseil de sécurité de l’Onu présidé par le président Alassane Ouattara sur le thème “consolidation et pérenisation de la paix, reconstruction post-conflit, paix, sécurité et stabilité”.

“Il est heureux de noter qu’au cours des années écoulées et tirant des leçons communes en Côte d’Ivoire et ailleurs sur le continent, le partenariat entre l’union africaine et les Nations unies s’est significativement renforcée tant entre la commission et le secrétariat général, qu’entre le conseil de paix et de sécurité et le Conseil de sécurité des Nations unies”, a-t-il déclaré.

Il a relevé également la coopération qui s’est développée entre le conseil de paix et de sécurité de l’UA et la commission de consolidation de la paix des Nations unies, réaffirmant l’engagement de l’UA à poursuivre et approfondir cette collaboration.

Lire aussi :
Reconstruction : Ouattara partage l’expérience de la Côte d’Ivoire à l’ONU

Le président de la Commission de l’UA a rappelé par ailleurs les principes qui devraient guider l’action commune en appui à la paix, à la stabilité et au développement du continent.

Ces principes, a-t-il relevé, sont “l’appropriation nationale, la promotion de solutions adaptées aux réalités de chaque pays et un accompagnement international qui s’inscrit dans la durée”, non sans former “le voeux que le débat sur la consolidation de la paix se traduise par la mobilisation accrue de la communauté internationale”.

(AIP)

sdaf/ask

Commentaires
Haut