Coton

Ouverture à Abidjan de la 77è Réunion plénière du CCIC

CCIC - coton- Sangafowa - Bandama - agriculture

La production 2017-2018 du coton graine a établi la Côte d’Ivoire au 4e rang des pays africains producteurs de coton

Photo : APA

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – La 77è Réunion plénière du Comité consultatif international du coton (CCIC) s’est ouverte lundi à Abidjan en présence de plus de 400 délégués issus d’une soixantaine de pays, autour du thème «Défis du coton : Solutions innovantes et durables ».

Le choix de la Côte d’Ivoire, qui abrite pour la première fois cette réunion, témoigne de ses performances enregistrées dans ce secteur grâce à des réformes judicieuses, s’est félicité le ministre ivoirien de l’Agriculture et du développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly, qui a procédé à l’ouverture des assises.

Le coton représente la cinquième spéculation agricole d’exportation en Côte d’Ivoire en termes de valeurs après le cacao, la noix de cajou, le caoutchouc et l’huile de palme. Le pays compte aujourd’hui près de 120.000 cotonculteurs et environ 3,5 millions des personnes dans le secteur.

Pour la campagne 2017-2018, la production du coton graine s’est établie à 413.000 tonnes, positionnant la Côte d’Ivoire au 4e rang des pays africains producteurs de coton, avec un rendement de 1,27 tonne par hectare, considéré comme le meilleur ratio en Afrique de l’Ouest.

Et ce, après les réformes engagées par le gouvernement ivoirien dans la filière en 2013. La Côte d’Ivoire partagera son expérience et les bonnes pratiques dans le secteur avec les autres pays producteurs. Les débats devraient tourner autour du changement climatique et la biotechnologie.

Les participants aborderont également la question de la mécanisation dans les petites exploitations agricoles, la production de coton biologique, les politiques en matière de semences cotons. Des sujets d’actualité qui touchent notamment aux préoccupations des petits producteurs de coton.

Le CCIC, la plus grande organisation mondiale du secteur coton, a été créée en 1939 et est basée à Washington, aux États-Unis. Elle regroupe 29 pays et organisations internationales ayant un intérêt dans la production, la consommation et le négoce.

Lire aussi :
Les acteurs de la filière anacarde veulent booster le taux de la transformation locale

Cette plateforme sert de forum de discussions, fournit des informations techniques sur les pratiques agricoles et d’industrialisation, publie des statistiques sur le marché du coton, et conseille les États membres dans leur approche de promotion du secteur.

Son secrétaire exécutif, Kai Hughes (en poste depuis 2017), présent aux assises d’Abidjan qui se déroulent du 2 au 6 décembre 2018, a souhaité dès l’année prochaine, le lancement de la Journée mondiale du coton. Ce qui devrait permettre de mettre en valeur toute la chaîne de production.

AP/ls/APA

Commentaires
Haut