Maroc

Macron et le roi Mohammed VI inaugurent une ligne à grande vitesse entre Tanger et Casablanca

Photo : DR

Abidjan, 17 nov (AIP)-Le président français Emmanuel Macron a inauguré, jeudi, à Tanger au Maroc, avec le roi du Maroc, Mohammed VI, la ligne à grande vitesse Tanger-Casablanca, présentée comme “la plus rapide d’Afrique” et un symbole de la “profondeur” du partenariat entre Paris et Rabat, ayant mobilisé des investissements de l’ordre de 22,9 milliards de dirhams.

Selon l’agence de presse marocaine (MAP), la Ligne à Grande Vitesse Tanger – Casablanca permet de relier les deux grands pôles économiques du Maroc à savoir Tanger et Casablanca, en apportant une solution convenable et durable à une demande de mobilité en croissance continue et de réduire considérablement les temps de parcours qui passent désormais à 50mn au lieu de 3h15mn pour le voyage Tanger-Kénitra, 1h20mn au lieu de 3h45mn pour Tanger-Rabat, et 2h10mn au lieu de 4h45mn pour Tanger-Casablanca.

Outre le gain remarquable en temps de parcours, la Ligne à Grande Vitesse Tanger – Casablanca permet de rapprocher les villes et accélérer la mobilité entre les deux métropoles, accroître le nombre de passagers de 3 millions par an à plus de 6 millions dès la 3ème année d’exploitation, renforcer la sécurité routière et la protection de l’environnement.

Il contribuera également à libérer la capacité pour le transport fret induit notamment par l’activité du port de Tanger Med, à développer l’expertise et le savoir-faire national, à promouvoir le transfert de compétences et à initier le développement d’un écosystème ferroviaire local qui rayonnera au niveau régional voire continental.

La réalisation de ce projet a permis la création à Rabat de l’Institut de Formation Ferroviaire (IFF) au profit des cheminots du Maroc, de France et d’autres pays de la région, ainsi que la mise en place d’une société commune (joint-venture) entre l’ONCF et la Société nationale des chemins de fer Français (SNCF), pour la maintenance des Trains à Grande Vitesse, tout en permettant à l’ONCF une montée progressive en compétences dans ce domaine mais surtout de renforcer la coopération entre le Maroc et la France.

(AIP)

sdaf/fmo

Commentaires
Haut