Logement

Vers la validation d’un nouveau code de la construction et de l’habitat

Bruno Nabagné Koné - MCLU -construction-habitat

Ce nouveau code de la construction et de l’habitat plus dissuasif et coercitif, dit-on

Photo : AIP

Abidjan, 13 nov (AIP)- Le ministre de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme Bruno Koné Nabagné a procédé, lundi, à Grand-Bassam, à l’ouverture d’un atelier visant à valider l’avant-projet de code de la construction et de l’habitat.

Selon le ministre Bruno Koné, l’application effective des dispositions de ce code, après son entrée en vigueur, aura pour effet d’améliorer la qualité de vie des populations et d’éviter les pertes en vies humaines liés aux effondrements. Il contribuera également à l’amélioration du climat des affaires en Côte d’Ivoire dans le cadre du processus “Doing Business”.

Il a exhorté les participants à une implication active en vue d’enrichir au mieux l’avant-projet de ce code qui permettra de mettre à la disposition des populations, un document unique regroupant tout le dispositif relatif au domaine de la construction et de l’habitat.

Durant trois jours et selon un processus participatif incluant les experts nationaux, les participants procéderont à l’examen critique de l’avant-projet de ce code proposé par le Cabinet français « Gide ». Ils formuleront des suggestions et recommandations en vue d’enrichir les textes et élaboreront un projet de communication en conseil des ministres.

Lire aussi :
Moins de 40 % de la population vivent dans un cadre décent

Ce nouveau code de la construction et de l’habitat plus dissuasif et coercitif, dit-on, prend ces racines dans le cadre normatif entamé dès 1960 par les autorités politiques et administratives dotant la Côte d’Ivoire de nombreux instruments, textes législatives et réglementaires en matière de construction et d’habitat.

Il vient répondre à la problématique d’une prolifération des constructions à risque et précaires avec pour corollaire les inondations pendant les saisons de pluies et l’effondrement des bâtiments entraînant des pertes en vie humaines. Mais également au non-respect des règles de construction qui sont d’ailleurs disparates, obsolètes et inappliquées.

(AIP)

bsb/fmo

Commentaires
Haut