Société

La Côte d’voire se dote d’un manuel de gestion des flux migratoires à ses frontières

OIM-Japon-immigration-Sidiki Konaté-sécurité-frontières-migrations

« Il servira de point de départ factuel et sera exploitable à tous ces professionnels à nos frontières », a assuré Sidiki Diakité

Photo : AIP

Abidjan, 08 nov (AIP)- La Côte d’Ivoire, par l’entremise de l’Organisation internationale des migrations (OIM), s’est dotée d’un guide relatif à la gestion des flux migratoires à ses frontières, grâce à la mise en œuvre du projet « renforcer la sécurité aux frontières en Côte d‘Ivoire », financé par le gouvernement du Japon.

La présentation officielle de ce document a eu lieu, jeudi, au cabinet du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, à Abidjan, en présence du ministre Sidiki Diakité, de la chef de mission de l’OIM en Côte d’Ivoire, Marina Schramm et de la chargée des affaires économiques de l’ambassade du Japon, Sakayo Ishno.

Pour le ministre, la Côte d’Ivoire accueillant un nombre important de migrants sur son sol, a décidé de se doter d’une politique et de moyens d’une gestion plus efficace du flux migratoires à ses frontières.

« A n’en point douter, il servira de point de départ factuel et directement exploitable à tous ces professionnels qui ont désormais entre leurs mains, un canevas cohérent pour aborder avec sérénité les procédures liées à la gestion des flux migratoires à nos frontières », a assuré Sidiki Diakité.

La chef de mission de l’OIM en Côte d’Ivoire, Marina Schramm, a expliqué que l’objectif de ce guide est de contribuer à standardiser les procédures opérationnelles de contrôles aux frontières. « (…), la Côte d’Ivoire se retrouve confrontée à des défis en matière de contrôle de ses frontières, ce guide revêt une importance capitale dont il faut promouvoir la diffusion et l’utilisation », a-t-elle indiqué.

Lire aussi :
Près 50.000 bénéficiaires de l’opération de régularisation de la situation des migrants, au Maroc

La représentante de l’ambassadeur du Japon en Côte d’Ivoire, Sakayo Ishno, pour sa part, a souhaité que ce document soit utilisé à bon escient, exhortant « les ivoiriens à tirer le maximum de profit de ce manuel ». Elle a indiqué qu’en 2018, ce sont plus de 30 millions de dollars que son pays a dégagé pour soutenir les actions de l’OIM à travers le monde.

Le document dont la rédaction a débutée en décembre 2017, se compose de plus de 200 pages et comporte 12 chapitres.

(AIP)

gak/fmo

Commentaires
Haut