Touba

Au moins quatre braquages enregistrés sur les routes dans le Bafing depuis le début de la semaine

insécurité - Bafing - gang - microbes - armes

L’insécurité sur les routes de la région du Bafing semble ralentir les activités de transport et de commerce

Photo : DR

Touba, 08 nov (AIP) – Du dimanche au mercredi, l’on a enregistré au moins quatre braquages contre les véhicules de transport en commun, avec pour conséquence le dépouillement des commerçants de leur argent, a appris l’AIP auprès des victimes.

Toutefois, aucun mort n’a été noté, mais quelques blessés transportés à centre hospitalier régional (CHR), signale-t-on.

« On a peur de voyager ces temps-ci avec la présence constante des coupeurs de route sur nos routes. Le dimanche, j’ai été témoin du braquage d’un véhicule de transport dans lequel j’étais. Les bandits, cagoulés, au nombre de huit, étaient armées de machettes et d’armes à feu. Ils nous ont tout pris », a témoigné Mlle Bamba Massiami, commerçante résident à Touba, précisant qu’elle revenait du marché de Ouaninou, aux environs de 19h. Deux blessés enregistrés, ont été transportés au CHR de Touba, a-t-elle confié.

Lundi, c’est sur l’axe Mandougou-Sahouela que les coupeurs de route ont opéré. Mercredi, les usagers de l’axe Ouaninou-Ténémassa a été témoins du braquage d’un véhicule de transport par les coupeurs de route. « Comme à leur habitude, les bandits ont dépouillé les passagers de leur argent. Nos routes font peur et cela perturbe notre activité », s’est inquiété un responsable des transporteurs.

Les véhicules de transport ne sont pas les seules victimes de ces coupeurs de route. Les motocyclistes ne sont pas épargnés. Un jeune paysan revenant de Kramochèdougou, village de la sous-préfecture de Niokosso, a été arrêté aux environs de 14 h et fouillé. Les coupeurs de route n’ont pas emporté la moto, mais lui ont pris l’argent et les deux téléphones portables qu’il possédait, a rapporté la victime.

Lire aussi :
Un jeune chasseur se suicide après avoir fusillé sa petite amie

L’insécurité sur les routes de la région du Bafing semble ralentir les activités de transport et de commerce. Les forces de sécurité s’attèlent à mettre fin à cette activité de banditisme sur les routes en faisant des patrouilles et des sorties de reconnaissance.

« Nous comptons sur nos forces de sécurité pour faire arrêter ces bandits dans un délai très court. Sinon, l’activité économique dans la région va prendre un coup », a déclaré le président régional de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bafing, Fofana Issiaka.

(AIP)

dm/kkf/fmo

Commentaires
Haut