Politique

Gbagbo « suspend» les activités politiques du FPI après le décès de Abou Drahamane Sangaré

Photo : APA

APA-Abidjan ( Côte d’Ivoire)- L’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, détenu à la Cour pénale internationale ( CPI) a décidé samedi de la « suspension des activités politiques» du Front populaire ivoirien (opposition) jusqu’à la fin des obsèques de son bras-droit, l’ex-ministre d’Etat Abou Grahamane Sangaré décédé plutôt dans la matinée de samedi à Abidjan, a appris APA samedi de source officielle.

Le président Laurent Gbagbo informe que les activités politiques du FPI sont suspendues jusqu’à la fin des obsèques de M.Sangaré, rapporte un communiqué de cette «tendance radicale » du Front populaire ivoirien signé par le secrétaire général, Dr Assoa Adou.

M. Gbagbo, à en croire le communiqué, appelle par ailleurs, les militants de son parti et l’ensemble du peuple ivoirien à une « mobilisation exemplaire» pour un hommage mérité à ce « digne fils» de la Côte d’Ivoire.

« En cette circonstance douloureuse, le président Laurent Gbagbo et la direction du parti s’inclinent et saluent avec déférence la mémoire de l’illustre disparu. Ils adressent leurs condoléances les attristées aux familles biologique et politique du camarade Sangaré ainsi qu’à toute la Côte d’Ivoire », ajoute le communiqué.

Premier vice-président et président intérimaire de la tendance « Gbagbo ou rien» du FPI, Abou Drahamane Sangaré est décédé ce samedi à l’âge de 72 ans dans une clinique abidjanaise des suites d’une intervention chirurgicale.

Membre fondateur du FPI, M. Sangaré a occupé plusieurs postes clés sous le régime de la refondation de Laurent Gbagbo dont ceux de ministre des Affaires étrangères et d’inspecteur général d’État. Fidèle parmi les fidèles de Laurent Gbagbo, il était surnommé « Le gardien du temple» par les militants du FPI.

Deux semaines après Marcel Gossio, ancien directeur général du Port autonome d’Abidjan décédé brusquement le 21 octobre dernier, au lendemain de l’inhumation du Pr. Raymond Abouo N’dori, un autre cadre du parti de Laurent Gbagbo, c’est au tour de Sangaré d’abandonner ses camarades.

LB/ls/APA

Commentaires
Haut