Béoumi

La délimitation des terroirs villageois suspendue à Marabadjassa et N’Guessankro

préfet-de-Béoumi-Marabadjassa-NGuessankro-AGFOR

Le village de Marabadjassa s’oppose à l’opération de délimitation des terroirs villageois entamée

Photo : AIP

Bouaké, 31 oct (AIP)- L’opération de délimitation des terroirs des villages des sous-préfectures de Marabadjassa et N’Guessankro est suspendue, depuis mardi, sur ordre du préfet du département de Béoumi, Djedj Mel, suite aux violents affrontements survenus, samedi, entre les populations de Marabadjasa et de Blemplo.

L’opération de délimitation des terroirs des villages concernés reprendra dès résolution des différends survenus entre leurs populations respectives. En attendant, le préfet Djedj Mel a instruit le directeur régional de l’agriculture de Gbêkê d’initier une session de formation des parties prenantes à ce conflit foncier, afin de permettre à tout le monde d’être au même niveau d’information et faciliter l’exécution de l’opération dans la paix et la cohésion. La formation devra être assurée par l’agence de gestion foncière rurale (AGFOR).

“C’est un problème d’incompréhension (..) Donc on va trouver la solution”, a relevé Djedj Mel, annonçant, par ailleurs, une réunion à laquelle prendront part les cadres, la notabilité, les leaders de jeunesse, sur un terrain neutre, probablement à Bouaké, pour recueillir toutes les informations sur l’historique des villages. De même il prévoit une visite de terrain avec les parties prenantes pour une meilleure compréhension des frontières entre les villages en conflit.

Lire aussi :
Les acquéreurs de lots villageois invités à payer leurs impôts

“L’Etat n’a plus besoin de crise, et le problème du foncier doit être résolu par consensus avec l’accord de tous les villages et leurs chefs. Partout où il y a un problème, il faudrait qu’on suspende l’opération”, a signifié le préfet du département de Béoumi.

Le village de Marabadjassa s’oppose à l’opération de délimitation des terroirs villageois entamée dans la sous-préfecture voisine N’Guessankro au motif que son opposition ne figure pas sur la liste des villages concernés. De plus, ils contestent le fait que l’on dise que Marabadjassa n’a pas de frontière avec le village N’Guessankro. Ses habitants ont violemment manifesté leur réprobation, samedi, occasionnant une dizaine de blessés, des maisons incendiées dont une église et une moto à Blemplo.

(AIP)

nbf/ask

Commentaires
Haut