Afrique

Les progrès de la gouvernance restent en-deçà d’une croissance démographique explosive, selon l’Indice Mo Ibrahim 2018

Abidjan, 30 oct (AIP) – L’Indice Ibrahim de la gouvernance africaine (IIAG) 2018 montre que les progrès de la gouvernance sur le continent africain restent en-deçà des attentes d’une population fortement croissante et de plus en plus jeune.

La décennie passée de forte croissance du PIB pour le continent africain ne s’est traduite par aucune perspective économique pour une jeunesse explosive. Le niveau de Gouvernance globale en Afrique maintient une tendance moyenne à l’amélioration au cours de la décennie écoulée, et environ trois citoyens du continent sur quatre (71,6 %) vivent en 2017 dans un pays où la gouvernance s’est améliorée, estime le rapport rendu public, lundi.

Trop de gouvernements ont échoué à convertir la croissance économique de leur pays en Développement économique durable pour leurs concitoyens. La détérioration de la dimension Environnement des entreprises va à l’encontre de la forte croissance de la population en âge de travailler, explique le document.

Plus de 750 millions d’Africains vont venir grossir la demande d’emplois, dans un contexte où, sur dix ans, le progrès en matière de Développement économique durable est quasiment nul, l’indicateur Satisfaction publique en matière de création d’emplois a perdu – 3,1 points, et l’indicateur Mesures en faveur de l’insertion socio-économique des jeunes – 2,3 points.

Selon le rapport, la trajectoire récente de la dimension Éducation est également préoccupante. Si les progrès enregistrés en termes de Développement humain constituent un des résultats les plus positifs de l’IIAG 2018, la stagnation déjà enregistrée l’an dernier en matière d’Éducation s’est désormais transformée en déclin.

Des gains encourageants en matière d’État de droit et de Transparence et Redevabilité, piliers d’une bonne performance en matière de gouvernance publique, souligne le document.

Les résultats de l’IIAG montrent que les facteurs clés de la performance en matière de gouvernance publique résident dans une attention particulière aux droits des citoyens et à la protection sociale. Les scores de Gouvernance globale sont étroitement corrélés à ceux des indicateurs centrés sur les citoyens, notamment les droits de propriété, les droits et libertés individuelles, la redevabilité gouvernementale et les politiques de protection sociale, conclu le rapport.

Lire aussi :
Part Worn Africa appelle à la réglementation des pneus d’occasion

« La poursuite de la progression de la gouvernance globale sur le continent est une bonne chose, mais les occasions manquées de la dernière décennie en matière de développement économique durable sont un sujet majeur de préoccupation. Le continent africain est confronté à un défi prioritaire. Le potentiel immense que représente une jeunesse devenue fortement majoritaire, et qui continue de croître, pourrait transformer le continent pour le meilleur. Mais cette opportunité est sur le point d’être gaspillée. La jeunesse africaine réclame des perspectives, des espoirs, une voix au chapitre. Sans accélération de la création d’emplois, le continent va dans le mur. C’est maintenant qu’il faut agir » a commenté Mo Ibrahim, Président et Fondateur de la Fondation Mo Ibrahim.

(AIP)

kkf/kam

Commentaires
Haut