Société

Le président Ouattara appelle l’UA à se pencher sur la question démographique en Afrique

Alassane Ouattara - Qatar - économie - diplomatie - politique

« Il faut penser sérieusement à un contrôle démographique dans nos pays tout en accélérant la croissance économique »

Photo : AIP

Abidjan, 10 oct (AIP)- Le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a appelé, mardi, à Abidjan, à l’ouverture de la 4ème conférence annuelle sur l’état de l’éducation en Afrique, l’Union africaine (UA) à avoir une vision plus pointue au sujet de l’évolution démographique sur le continent africain.

« Si nous voulons avoir une meilleure condition de vie pour les populations, si nous voulons améliorer le revenu par tête d’habitant, si nous ne voulons pas que les infrastructures ne soient pas donc trop détruites par la croissance démographique, il faut penser sérieusement à un contrôle démographique dans nos pays tout en accélérant la croissance économique », a suggéré le chef de l’Etat ivoirien.

Il a prévenu que si rien n’est fait pour la restriction des naissances, ce sont 50 millions d’enfants en Afrique qui ne seront pas scolarisés dans les années à venir. Le président Alassane Ouattara a prévenu que d’ici 2050, la population, qui est de 1,2 milliard actuellement, devrait passer à 2,5 ou 3 milliards d’habitants.

En plus, trois des 10 pays peuplés dans le monde seront situés en Afrique en occurrence le Nigeria, la République Démocratique du Congo (RDC) et l’Ethiopie.

Le chef de l’Etat a estimé que l’Afrique peut prendre l’exemple de la Chine qui, en 1970, avait un revenu par habitant de 300 dollars et aujourd’hui qui se trouve avec plus de 8.200 dollars grâce à la restriction des naissances. Il a précisé que son pays, la Côte d’Ivoire, est également impacté par cette situation.

« La Côte d’Ivoire, depuis sept ans, a un taux de croissance d’environ 9% par an. Quand vous enlevez les 2,5 de croissance démographique, cela revient à un taux de croissance de moins de 7% par an. Cela veut qu’à ce rythme, nous ne pouvons doubler notre PIB par habitant que tous les dix ans alors que si la croissance démographique était plus faible, nous pourrions avoir l’exemple de la Chine », a-t-il relevé.

Il s’est dit persuadé que les recommandations des travaux permettront aux décideurs africains de parvenir à des solutions durables dans le secteur de l’éducation-formation.

Organisé par Africa – America Institute (AAI), SOE est un événement annuel qui rassemble des éducateurs et des innovateurs d’Afrique et du monde afin de discuter d’approches audacieuses pour améliorer la qualité de l’éducation à tous les niveaux et renforcer la compétitivité et la croissance économique de l’Afrique.

Cette conférence, qui prend fin mercredi, se déroule autour du thème « Changement de paradigmes: construire les futures compétences et de nouvelles perspectives à travers l’éducation en Afrique ».

(AIP)

bsp/fmo

Commentaires
Haut