Carburant

Circulation difficile à plusieurs endroits d’Abidjan

Station-service-abidjan-carburant
Photo : d'archives

APA-Abidjan-(Côte d’Ivoire) – Plusieurs stations de la ville d’Abidjan notamment à Abobo enregistrent de longues files d’attentes, ce jeudi matin, du fait de la grève qu’avaient entamée des transporteurs d’hydrocarbures, rendant difficile la circulation à plusieurs endroits, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

Dans le quartier Pk 18, sur l’axe Anyama-Abobo, la station –service  Total, une longue file d’attente de taxis crée un embouteillage à ce  carrefour. Un élève qui signale un taxi communal est prévenu par le  conducteur  qu’il marquera des arrêts à la recherche de carburant.

La  situation profite aux chauffeurs de mini-cars communément appelés  ‘’Gkakas’’ qui font de la surenchère. «  Abobo à la gare, 200 F avec la  monnaie », s’écrie un jeune apprenti contrairement à la somme de 100  FCFA que débourse le passager d’ordinaire pour parcourir cette distance.

Tout  le long de l’axe reliant la commune d’Abobo à celle d’Adjamé, la  circulation reste difficile aux endroits où existent des stations  services quand celles-ci sont ouvertes.

« L’embouteillage est due  à la pénurie de carburant qui fait que les véhicules obstruent la  voie », indique Mory Kamagaté , chauffeur d’un car reliant la commune  d’Abobo à la cité administrative du Plateau s’adressant à ses passagers  au niveau de la grande gare située vers la mairie.

Sur place,  cette situation est confirmée jusqu’à la sortie d’Abobo où des  conducteurs de taxis attendent leur tour pour être servis  à la  station-Shell. A l’opposé, dans la station Total, contiguë à  l’université Abobo –Adjamé, l’on constate le même décor de la longue  file d’attente.

Le rond point du quartier Anador qui sert de  gare provisoire pour quelques heures, d’habitude grouillant de monde et  de nombreux taxis est quelque peu vide.

Tout le long du trajet, qui abrite de nombreuses stations, certaines ont fermé ce jeudi matin par manque de carburant.
Lire aussi :
Une pénurie constatée dans des stations d’essence à Abidjan

Une  grève a été déclenchée depuis le lundi 1er octobre dernier du Syndicat  national des conducteurs de citernes de Côte d’Ivoire (SNCC) a engendré  une pénurie de carburant à Abidjan. Ce syndicat a levé son mot d’ordre  mercredi, à la suite d’une médiation du ministre des transports Amadou  Koné qui a rencontré  les différents acteurs de la filière transport  d’hydrocarbure.

SY/hs/ls/APA

Commentaires
Haut