Bouaké

Mise en œuvre d’une police de proximité

police de proximité - Bouaké

Il est nécessaire de définir un contrat de sécurité dans chaque quartier pour déconstruire ce sentiment d’insécurité

Photo : AIP

Bouaké, 21 sept (AIP)-Un programme de police de proximité, une doctrine d’emploi des forces de sécurité intérieure qui implique les populations, visant à déconstruire le sentiment d’insécurité dans la ville afin de garantir plus de quiétude aux populations, est en cours d’exécution à Bouaké, dans le cadre de la coopération bilatérale entre la Côte d’Ivoire et les États-Unis.

Une étude réalisée dans le but de faire l’état des lieux et comprendre la perception de la sécurité, présentée, jeudi, à Bouaké, en présence des autorités locales, des forces de défense et de sécurité et de différentes couches de la population, révèle que la population est en quête d’une sécurité durable.

La validation des résultats des travaux est assortie d’un plan. Ce plan d’actions consistera notamment à former les parties prenantes, faire en sorte que chaque quartier de Bouaké développe avec la police, dans la zone de compétence de chaque commissariat, “un contrat de sécurité” après évaluation des problèmes et besoins de sécurité.

Le chargé de la mise en œuvre du programme de coopération bilatérale entre la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis basé sur la police de proximité, Dr Kama Tapé Bérenger, a indiqué que ce contrat permettra de définir la part de responsabilité des différents acteurs à savoir, les populations, la police et la gendarmerie dans la mise en œuvre de la stratégie de sécurité.

«Aujourd’hui, la perception est que les forces de sécurité ont le sentiment d’être en insécurité, la population elle aussi a un sentiment d’être en insécurité, mais il faut la déconstruire», a-t-il fait savoir.

Considérant la doctrine de police de proximité comme “un contrat social”, il affirme qu’il est nécessaire de définir un contrat de sécurité dans chaque quartier pour déconstruire ce sentiment d’insécurité.

Le sous-préfet central de Bouaké, Samassi Ismael, le 2e adjoint au maire, Amadou Bamba et le chef de canton des Fafouè, Nanan N’Goran Koffi 2, ont salué l’initiative et souhaitent plein succès à ce programme.

Lire aussi :
Canada : un immigré africain remporte le gros lot deux fois en cinq mois

Avant la région de Gbêkê, le programme de police de proximité qui requiert la participation de la population à la sécurité a été mis en œuvre dans l’Ouest ivoirien.

(AIP)

nbf/fmo

Commentaires
Haut