Anacarde

Près de 730.000 tonnes de cajou produites en Côte d’Ivoire

noix-de-cajou

La Côte d’Ivoire, également premier exportateur mondial, transforme actuellement moins de 10% de sa production

Photo : Archives

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) – La Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cajou, enregistre « aujourd’hui (une production de) près de 730.000 tonnes », a indiqué, lundi, le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, lors d’un échange avec la presse à Abidjan.

« Nous sommes aujourd’hui à près de 730.000 tonnes », a relevé le Premier ministre ivoirien Amadou Gon, soulignant que « le prix moyen pratiqué pour la campagne en cours est entre 500 et 550 Fcfa le kg ».

Il s’est félicité de la performance affichée en termes de production, positionnant le pays comme le leader mondial, faisant savoir que la « déception est peu être le niveau de transformation » qui n’a pas atteint les résultats souhaités cette année.

« En valeur absolue, on a une augmentation d’environ 60.000 tonnes transformées l’année dernière. Pour cette année, on est déjà à 80, on espérait autour de 100.000 tonnes », a-t-il ajouté, promettant un niveau de transformation soutenu avec l’appui de la Banque mondiale.

« Pour la campagne 2019 et 2020, nous allons atteindre un niveau de transformation de l’anacarde qui sera conforme à nos ambitions », a assuré M. Amadou Gon Coulibaly, qui a en outre évoqué des « discussions avec le secteur bancaire » pour l’atteinte des objectifs de l’Etat ivoirien.

En 2017, la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de noix de cajou, a atteint une production record de 711.236 tonnes, représentant plus de 22% de la production mondiale et environ 33% de l’offre à l’échelle internationale.

Lire aussi :
Près de 90% des pesticides frauduleux entrent en Côte d’Ivoire par la frontière Est

Pour l’année 2018, le gouvernement entend favoriser la transformation de 100.000 tonnes de noix brutes. Dans cette optique, l’Etat a mis en place le Projet de promotion de la compétitivité de la chaîne des valeurs de l’anacarde, grâce à un appui de la Banque mondiale à hauteur de 200 millions de dollars (111,09 milliards Fcfa).

La Côte d’Ivoire, également premier exportateur mondial, transforme actuellement moins de 10% de sa production. Le pays qui exporte 90% de noix de cajou, envisage de transformer 50% de sa récolte à l’horizon 2020 grâce à une industrialisation accrue de la filière.

AP/te/APA

Commentaires
Haut