Santé

Démarrage de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel

En Côte d’Ivoire, le taux d’allaitement maternel exclusif est estimé à 23,6%; l’objectif national est d’atteindre un taux de 50% d’ici 2020

Photo : AIP

Abidjan, 16 août (AIP)- Rendez-vous annuel de promotion de la pratique comme moyen efficace de lutte contre la mortalité infantile (du fait de la malnutrition), la Semaine mondiale de l’allaitement maternel 2018 démarre ce jeudi.

La ville de Grand-Bassam accueillera dans la matinée les célébrations marquant le lancement officiel de cette Semaine organisée par le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique, à travers le Programme national de nutrition (PNN).

La célébration annuelle de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel, prôné par l’OMS depuis 1992 et soutenue par l’Unicef notamment, s’inscrit dans les initiatives de santé publique pour protéger, promouvoir et soutenir la pratique. Elle fait partie de la Stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant, adoptée par tous les Etats membres dont la Côte d’Ivoire, à la 55ème Assemblée mondiale de la Santé (AMS), en mai 2002.

En Côte d’Ivoire, le taux d’allaitement maternel exclusif est estimé à 23,6%, selon la dernière enquête MICS (2016). L’objectif national est d’atteindre un taux de 50% d’ici 2020. Le thème retenu cette année pour la célébration est « L’allaitement : la base de la vie ».

La célébration de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel à Grand-Bassam sera couplée avec le lancement de l’introduction en routine de la supplémentation en vitamine A et du déparasitage, autrefois adossée aux campagnes ponctuelles de masse.

La vitamine A est un micronutriment essentiel pour la croissance et le développement de l’enfant. Elle permet de prévenir et d’atténuer la gravité de nombreuses infections en renforçant le système immunitaire. Elle réduit à 30% la mortalité infantile, de 50% le nombre de décès dus à la rougeole et de 40% ceux dus à la diarrhée.

Quant à la carence en fer, responsable d’anémie, elle est plus souvent provoquée par les vers hématophages. En Côte d’Ivoire, l’hypovitaminose A et les parasitoses constituent encore un risque pour 60% des enfants de 0 à 59 mois, selon ENMCI 2004. La supplémentation en vitamine A pour les filles et garçons de six à 59 mois et le déparasitage des 12 à 59 mois, une fois tous les six mois, est l’une des stratégies visant à réduire le taux de mortalité infantile en Côte d’Ivoire

Les mères pourront désormais se rendre régulièrement dans les centres de santé pour l’administration des doses prescrites pour leurs enfants de la tranche d’âge. Au total, 29 districts sanitaires sont concernés pour cette année 2018 qui marque le démarrage de l’administration en routine.

(AIP)

kg/cma

Commentaires
Haut