Politique

Simone Gbagbo remercie les militants du FPI et les appelle à la mobilisation

Le président Alassane Ouattara a décidé, dimanche, à la veille de la célébration du 58ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire d’amnistier 800 détenus pour divers délits et crimes liés à la crise post-électorale de 2010

Photo : d'archives

Abidjan, 08 août (AIP) – L’ex-Première dame, Simone Gbagbo, a remercié, lundi, les militants du Front populaire ivoirien (FPI) pour leur constance dans la lutte qui a abouti à l’élargissement de 800 détenus de son parti par une Ordonnance d’amnistie du président de la République, Alassane Ouattara.

En présence de deux autres cadres du parti, Assoa Adou et Lida Kouassi, également élargis grâce à la même ’Ordonnance d’amnistie, elle a été accueillie par plusieurs centaines de militants du FPI à la résidence privée de l’ex-couple présidentiel à la Riviera Golf d’Abidjan-Cocody.

« Je ne vais pas parler aujourd’hui. Je vais me contenter de vous dire merci parce que ma parole doit passer par le tamis d’Aboudramane Sangaré. Joignez-vous à moi pour lui dire merci parce qu’il a été capable et reste capable de rester debout », a-t-elle dit, quelques heures après sa sortie de prison, sans citer Pascal Affi N’Guessan.

Elle a rendu gloire à Dieu et à la justice et appelé les militants à se lever pour écrire « une nouvelle page » de la reconquête du pouvoir en 2020.

Avant elle, ses camarades Lida Kouassi et Assoa Adou avaient dépeint leurs difficiles conditions d’incarcération qui ne les a pas faits plier mais d’où ils sortent avec une « volonté d’acier ».

« Pour un homme politique, pour un militant du FPI, la prison n’est pas une calamité. C’est un moment d’incubation, de pourrissement, mais aussi de régénérescence, de renaissance, de ressourcement et de refondation », a traduit Lida Kouassi, soulignant que « sorti de prison », le FPI est « en marche pour le Palais présidentiel ».

Le président Alassane Ouattara a décidé, dimanche, à la veille de la célébration du 58ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire d’amnistier 800 détenus pour divers délits et crimes liés à la crise post-électorale de 2010 dans un souci de réconciliation des Ivoiriens.

(AIP)

aaa/tm

Commentaires
Haut