Grand Lahou

Un couple d’hippopotames sème la terreur

« Les populations ne peuvent plus naviguer pour se rendre sur l’autre rive et joindre leurs plantations. Nous demandons à nos autorités de venir nous aider afin d’éloigner ces hippopotames de notre zone », selon le chef du village Kadjo Koffi

Photo : AIP

Grand-Lahou, 06 août (AIP)- Un couple d’hippopotames dont la femelle en gestation s’est signalé, depuis le 30 juillet, dans le fleuve Bandama, semant ainsi la terreur à Tamabo, village à 43 kilomètres de Grand-Lahou (Sud, région des Grands Ponts).

Bogui Aholia, notable du chef a confié vendredi à l’AIP que les deux pachydermes sont descendus depuis Tiassalé et ont commencé à détruire les cultures de riz, de maïs, de manioc, d’ignames, de bananes, de taros et des cabosses mûres de cacao.

La peur s’est installée dans ce village depuis l’arrivée de ces deux mastodontes. Dames Kassi Adjoua a souligné qu’il est impossible de laver le linge et mener d’autres activités en bordure du fleuve actuellement. Pour Kacou Brou Jean, les hippopotames sortent chaque matin à 5h pour régner en maître dans la zone.

«Ils viennent au bord ici chaque soir à 18h. La femelle a le ventre très énorme et nous croyons qu’elle est en gestation. Sûrement, cette dernière cherche un endroit pour mettre bas. Si cela se produit dans notre zone, le couple deviendra encore plus furieux », a expliqué Coulibaly Souleymane, un pêcheur qui a déjà été victime de l’attaque des pachydermes sur le fleuve dans sa pirogue.

«Je revenais de la pêche avec mon ami mercredi lorsque les hippopotames sont apparus. L’un derrière et l’autre devant, nous avons pris de l’avance mais malheureusement pour nous, ils ont réussi à nous renverser à 2 mètres de la rive où nous attendait tout le village qui a suivi impuissant la scène », a ajouté le jeune pêcheur.

Pour sa part, le chef du village Kadjo Koffi a appelé les autorités à l’aide afin d’éloigner ces hippopotames de leur localité.

« Les populations ne peuvent plus naviguer pour se rendre sur l’autre rive et joindre leurs plantations. Nous demandons à nos autorités de venir nous aider afin d’éloigner ces hippopotames de notre zone », a terminé le chef de Tamabo village.

(AIP)

rk/bsp/fmo

Commentaires
Haut