Economie

La BM annonce 492 milliards FCFA pour dix projets en Côte d’Ivoire en 2019

Photo : AIP

Abidjan, 26 juil (AIP)-La Banque mondiale prévoit une enveloppe de 492 milliards Fcfa pour la Côte d’Ivoire, en vue de financer dix projets en 2019, a annoncé, jeudi à Abidjan, le directeur des opérations de cette institution chargé de la Côte d’Ivoire, Pierre Laporte.

Faisant le bilan de l’année fiscale 2018, jeudi à Abidjan, M. Laporte, également directeur des opérations chargé du Benin, de la Guinée, du Togo et du Burkina-Faso, a précisé que ces interventions seront faites dans divers secteurs, notamment le cacao, la santé, l’éducation.

Il a exprimé sa satisfaction pour tous les appuis de son institution en Côte d’Ivoire.

S’agissant de l’année fiscale précédente qui s’est achevée le 30 juin, le Pierre Laporte a rappelé que l’institution avait prévu pour l’année 2018 un montant de 683 milliards Fcfa pour 11 projets dans les domaines de l’Agriculture, le social, le transport, l’énergie, l’environnement.

Il a souligné que six instruments de financement ont été utilisés pour ces différents projets.

Toutefois, il a fait savoir que le taux de décaissement réalisé par la Côte d’Ivoire en 2018 a été de 15,4%. Selon lui, les objectifs de 20% fixés par la région pour chaque pays n’ont pas pu être atteints.

« Le montant net décaissé par les projets y compris l’appui budgétaire s’élève à 136 milliards Fcfa», a-t-il indiqué.

En dehors des interventions, la Banque mondiale a posé plusieurs actions en Côte d’Ivoire. Il s’agit, entre autres, de la visite en Côte d’Ivoire du vice-président de la région Afrique, Makhtar Diop, qui a eu des échanges avec le chef de l’Etat, le Premier ministre, le Gouvernement, la BAD, la société civile et les producteurs et exportateurs de cacao, ainsi que l’équipe de football féminine.

Il s’agit également de la visite en Côte d’Ivoire de Sandie Okoro, première vice-présidente, directrice générale du département juridique du groupe, mais aussi celle de Pascale Dubois, vice-présidente intégrité et éthique de la Banque, de l’organisation d’un atelier régional de formation sur le nouveau cadre environnement et social, et de la tenue de la deuxième table ronde mondiale sur la gouvernance des infrastructures et les outils.

(AIP)

bsp/tm

Commentaires
Haut