Zuénoula

Le village de Bohizra demande la régularisation administrative de son chef

Photo : AIP

Zuénoula, 23 juil (AIP)- Les populations de Bohizra (5 km de Zuénoula) ont protesté vendredi à la sous-préfecture pour réclamer la régularisation administrative de leur chef de village.

Dans la motion remise au sous-préfet central, Sélé Gouanou Serge Claver, le porte-parole des populations, Tié Bi Jean Luc, a expliqué que le village est depuis trois ans pris en « otage par l’administration préfectorale et une frange de la population ».

Ce qui fait que depuis le 31 janvier 2011, le chef Djè Bi Djè Robert, désigné à l’unanimité par la population selon les us et coutumes, n’a pas encore d’Arrêté pour exercer pleinement sa fonction. Pis, à ce jour, il existe une sorte de bicéphalisme dans le village.

Répondant à l’accusation, le sous-préfet central qui a instruit la police de disperser les marcheurs à l’approche de ses bureaux, a estime que c’est une marche inopportune puisque ce sont les populations qui désignent leur chef, l’Administration ne fait qu’entériner leur choix. Or dans le cas du village de Bohizra, composé de plus 3000 âmes, deux chefs ont déposé leurs procès-verbaux de désignation à la sous-préfecture.

Le sous-préfet a donc préconisé que les deux camps s’entendent pour proposer définitivement un nom. Ce que les partisans du chef Djè Bi appellent de tous leurs vœux en souhaitant l’organisation de nouvelles élections pour ramener définitivement la quiétude dans le village.

(AIP)

akr/bsp/cmas

Commentaires
Haut