Bouaflé

Inauguration d’un centre d’action communautaire pour l’enfance à Koupela (Bouaflé)

Inauguration du CACE de Koupela

Photo : AIP

Bouaflé, 21 juil (AIP)- Le Centre d’action communautaire pour l’enfance (CACE) de Koupela, dans la commune de Bouaflé, a été inauguré vendredi, en présence du sous préfet central, Ango Aristide, du maire, Dr Lehié Bi Lucien, ainsi que des responsables administratifs et sécuritaires locaux.

Ce centre appelé communément Jardin d’enfants a été construit par la Fondation « Cœur maternel ». Il comprend un bâtiment de deux salles de classe plus des toilettes.

« La Fondation cœur maternel sensible à la souffrance de la femme rurale et de et de leurs enfants a décidé de par cette action de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des ces personnes chères à la nation ivoirienne », a indiqué la présidente de la Fondation, Amenan Marie Thérèse Yougoubaré, par ailleurs professeur des sciences du langage à l’Université Félix Houphouët Bouagny (UFHB) d’Abidjan.

Mme Yougoubaré a exhorté les parents à inscrire leurs progénitures dans ce centre pour leur épanouissement, plaidant auprès des autorités pour la construction d’une cantine. Elle a saisi l’occasion pour relever quelques projets qui seront réalisés par sa Fondation sur le site d’une superficie deux hectares abritant le CACE. Il s’agit d’un Centre d’accueil pour les enfants en détresse et d’un foyer pour la coopérative des femmes de Koupela.

Le directeur régional de la Femme, de la Famille et de l’Enfant de la Marahoué, N’Goran Alexis, a exprimé sa gratitude à la Fondation, soulignant que ce centre ouvrira ses portes à la rentrée prochaine et pourra accueillir des enfants âgés de 2 ans et plus qui seront suivis par deux de ses agents. Il a souhaité également la construction d’une cantine et la mise à la disposition du Centre de matériels de jeux.

Créé en 2015, la Fondation cœur maternel a pour objectif de construire des maternelles, de servir un repas équilibré par jour aux enfants, d’apprendre aux enfants plusieurs langues locales, le français et à partager les repas et jeux ainsi que d’alphabétiser les femmes rurales et les sensibiliser aux mesures d’hygiène et à l’éducation de leurs enfants.
(AIP)
ns/tm

Commentaires
Haut