Economie

Les nouvelles procédures de passation des marchés publics expliquées aux collectivités locales

Photo : AIP

Yamoussoukro, 12 juil (AIP) – Les représentants des collectivités locales ont été instruites mercredi sur les procédures de contrôle et de régulation des marchés publics en vue d’une meilleure application dans la passation des marchés publics, à l’occasion d’un séminaire de renforcement de capacités tenu à Yamoussoukro.

Soixante-treize acteurs chargés des opérations de passation des marchés publics des communes rattachées aux directions régionales des marchés publics d’Abengourou et de Daloa, des maires des régions Gontougo, Boukani, du Worodougou bénéficient de la formation initiée par l’Autorité nationale de régulation des marchés publics (ANRMP) et la Direction des marchés publics (DMP).

Selon le président de l’ANRMP, Coulibaly Non Karna, l’une des plus importantes réformes pour les collectivités est la redéfinition des seuils de passation des marchés publics de l’administration centrale et déconcentrées qui sont passés de 15 millions FCFA à 30 millions FCFA.

« Avant, en dessous du seuil, on parlait de commande directe et au-dessus, on parlait de marché public. C’est ainsi que les collectivités ayant de modestes budgets n’avait pas beaucoup de chance de venir au marché public. Mais aujourd’hui, tout est marché public », a expliqué le président de l’ANRMP.

Il a précisé que désormais, en dessous de 30 millions FCFA, les collectivités à savoir le District, le Conseil régional ou la commune passent des marchés publics avec des procédures informelles. Au-dessus de 30 millions FCFA, elles passent des marchés publics avec des procédures concurrentielles ouvertes.

Les procédures concurrentielles sont un mécanisme de gestion efficace et efficient des crédits budgétaires avec comme enjeu d’aider à la promotion des PME ivoiriennes. L’objectif à terme est de créer et de sécuriser les emplois et surtout de garantir une croissance qui soit durable.

Coulibaly Non Karna a indiqué que l’enjeu est de mettre à la disposition des collectivités décentralisées, ces « acteurs clés de proximité et de terrain », toute la documentation, la discipline et la maîtrise de deniers publics, de les amener à s’approprier l’ensemble des règles pour permettre une exécution plus assainie et plus fluide du budget de l’Etat et de leur inculquer une vision économique qui soit en phase afin de privilégier les intérêts de l’Etat.

« Il s’agit du transfert de savoir-faire en termes d’habileté à pouvoir agir de façon physique sur les dossiers, et le savoir-être qui est plutôt le volet moral qui est important », a ajouté le président de l’ANRMP. Il a conseillé le respect de l’éthique et de la déontologie aux gestionnaires publics pour pouvoir remplir leurs missions.

Au total, l’ANRMP a formé 507 personnes issues de 159 collectivités et organisé 170 séminaires depuis sa création en 2010.
(AIP)
nam/cmas

Commentaires
Haut