Energie

Abidjan abrite le premier Marché africain sur l’énergie

Abidjan, 06 juil (AIP)-Le premier Marché africain de l’énergie a ouvert ses portes jeudi à Abidjan dans les locaux de la Banque africaine de développement (BAD), pour prendre fin vendredi.

Il s’agit d’organiser le Marché africain de l’énergie en vue d’obtenir des résultats concrets et productifs en matière d’investissements dans le secteur de l’énergie.

Selon le vice-président de la BAD chargé de l’électricité, du climat et de la croissance verte, Amadou Hott, cette plateforme vise à élaborer un plan d’actions concrètes au niveau des pays et un programme conjoint, en vue de faciliter l’accès à l’électricité, d’accompagner le financement des projets spécifiques et de favoriser des tarifs raisonnables.

Le directeur de cabinet adjoint du ministre du Pétrole, de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables, Jacques Chevalier a précisé que cette initiative vise l’électrification des pays africains. Selon lui, les deux jours de réflexions permettront d’identifier les défis et les opportunités du secteur. Il a appelé à l’implication de tous les pays en vue du développement du Marché de l’énergie.

En dépit des potentialités énergétiques des Etats africains, la fourniture de l’électricité reste une problématique. Et ce, en raison du manque d’investissements et d’infrastructures d’appoint, d’où la BAD entend jouer un rôle de partenariat pour permettre la ‘’bancabilité des projets’’.

Le Marché africain de l’énergie a également pour objectif de promouvoir des technologies efficientes, des initiatives tendant à accroître la demande, tout en créant un environnement équitable mettant en exergue différentes sources d’énergie, entre autres le solaire, la biomasse et les énergies renouvelables.

L’Afrique est la région qui affiche le plus bas taux d’électrification. Les estimations montrent que 42% seulement de la population a accès à l’électricité, contre 75% dans les pays développés. La région subsaharienne, elle, enregistre un taux moyen de 30% et contre 14% dans les zones rurales.

La deuxième édition du Marché africain de l’énergie est prévue en novembre, en marge du Forum africain de l’investissement. Cinq autres pays seront ciblés, outre le Nigéria, la Zambie, l’Ethiopie, l’Egypte et la Côte d’Ivoire qui ont présenté leurs expériences lors de cette première édition.

(AIP)

bsp/cmas

Commentaires
Haut