Séguéla

Soumahoro Souleymane, candidat RDR déclaré aux municipales, ‘’C’est la population qui va décider’’

Souleymane Soumahoro, candidat RDR déclaré aux municipales de Séguéla

Photo :AIP

Avec le maire Diomandé Lassina et le président du Rassemblement des jeunes républicains (RJR), Idriss Bakayoko, Soumahoro Souleymane fait partie des trois personnes en lice pour défendre les couleurs du Rassemblement des républicains (RDR) à Séguéla lors du prochain scrutin municipal qui se déroulera cette année. A la faveur de la Révision de la liste électorale (RLE), l’AIP est allée à sa rencontre. Entretien.

Candidat à la candidature du RDR pour la commune de Séguéla, pouvez-vous vous présenter aux populations et dire ce qui vous motive ?
Je suis Soumahoro Souleymane, fils de Séguéla, de père Soumahoro et de mère Soumahoro. Nous sommes dans l’arène politique depuis les années 1994. Pour avoir géré l’union fraternelle des élèves et étudiants de Séguéla pendant deux mandats, de 1982 à 1986, nous estimons avoir réussi à fédérer les énergies, les compétences en son temps. Après, nous nous sommes intéressés aux mouvements syndicaux à travers l’enseignement. Secrétaire de la sous-section SYNESCI à Ferkessédougou où j’étais en fonction de 1986 à 1989, puis membre fondateur de l’OLM de la JCI de Ferké. Ce qui nous a conduit par la suite à gérer la présidence de l’OLM de Grand-Bassam où j’étais en poste à partir de 1989. J’ai été également directeur national de la communication de la JCI.

Autant d’expériences acquises en interne de Séguéla et en dehors. En plus de ces expériences, nous estimons avoir appris auprès des aînés qui sont sur le terrain politique depuis des années. Donc, outillé au plan syndical, outillé au plan de la gestion administrative, outillé au plan de la gestion politique à côté de nos aînés, nous estimons avoir les bases nécessaires pour diriger autrement la commune de Séguéla. Notre ambition repose sur les acquis, les expériences intra-muros et en dehors de Séguéla.

Que répondez-vous à ceux qui estiment que vous êtes un parfait inconnu dans la sphère politique à Séguéla ?
Oui, un inconnu qui est plutôt resté dans l’ombre de ses aînés que sont l’actuel président de la Commission électoral indépendante (CEI), Youssouf Bakayoko, également ancien maire de Séguéla, le maire Traoré Mamadou aussi, les ministres Amadou Soumahoro et Hamed Bakayoko. Nous les avons côtoyés dans l’ombre et nous nous sommes aguerris avec leurs gestions pour avoir l’expérience nécessaire. Soumahoro Souleymane, ce n’est donc pas un inconnu inconnu, mais c’est un inconnu connu.

Quelles sont vos ambitions pour la commune de Séguéla ?
Séguéla est un réservoir de talents cachés. Notre ambition, c’est de mettre en exergue ces valeurs, de les canaliser, de les présenter au plan national. Dans le domaine du football, Séguéla a offert à la nation ivoirienne des cadres de haut niveau. Dans le domaine culturel, c’est également le cas. J’en veux pour preuve les danses traditionnelles qui ont participé il n’y a pas très longtemps aux compétitions nationales. (…) Au-delà de tout ça, il y a des talents en matière de cuisine, en matière d’habillement. Il y a des talents parmi nos enfants qui sont à l’école. Il faut créer des conditions d’émergence de ces talents. Notre ambition, je le répète, c’est de permettre à ces talents de s’exprimer. Au-delà de toute chose, mettre à la disposition de la nation ces talents de la commune de Séguéla.

Et notre ambition, c’est aussi de freiner l’incivisme qui s’est installé depuis les événements malheureux et douloureux survenus en Côte d’Ivoire. L’incivisme dénoncé par nos autorités préfectorales nous interpelle. Il nous appartient, en tant que cadres de la région, de nous impliquer dans la moralisation de la population en vue du changement de comportement pour un mieux-être, pour une sécurité des populations allogènes et autochtones. Séguéla ne doit pas être en marge de l’émergence de la Côte d’Ivoire. L’émergence repose avant tout sur les valeurs humaines, le respect des autorités, des symboles de la nation. Ça doit s’appliquer à Séguéla. Nous venons pour amener les populations à adhérer à ces valeurs.

Vous êtes candidat à la candidature du RDR alors qu’il y a un maire de ce parti politique qui achève son mandat. Est-ce à dire qu’il a échoué ?
Je ne dirai pas qu’il a échoué. C’est la population qui nous le dira en le reconduisant ou pas. Surtout si elle estime qu’il faut permettre à d’autres compétences de prendre le relai. C’est la population qui va décider. C’est la population qui le dira.

Mais, candidat à la candidature, ce n’est pas la population qui décide à ce niveau?
C’est vrai, ce n’est pas la population qui va nous départager, mais nous allons déjà au-delà de la candidature retenue par le parti pour recueillir, obtenir l’assentiment des populations qui sont les acteurs, les juges sur le terrain.

On a ouï-dire que vous avez pris l’engagement, au cas où vous n’êtes pas retenu pour défendre les couleurs du RDR, de ne pas vous présenter en indépendant contre celui qui aura les faveurs de la haute direction. Respecterez-vous cet engagement ?
Excusez-moi de ne pouvoir répondre à cette question.

Avec la RLE, comment avez-vous mené la pêche aux potentiels électeurs ?
Nous avions une équipe sur le terrain. Dans notre quartier et à travers toute la commune de Séguéla, des jeunes qui œuvrent à amener nos jeunes frères et sœurs en âge de voter à aller se faire enrôler pour répondre à ce devoir citoyen. Participer aux élections locales, c’est une invitation de la nation ivoirienne à l’endroit des nouveaux majeurs et des autres. Chacun se doit de prendre un engagement avec le maire qui sera élu en participant à l’élection pour pouvoir lui demander des comptes après.

Un mot pour finir à l’endroit des populations de Séguéla
Je voudrais inviter les populations de Séguéla à comprendre l’intérêt que j’ai pour la commune. Depuis étudiant, nous avons appris à rassembler les forces vives estudiantines pour animer la commune. Nous voulons, cette fois, mettre nos compétences au service de la commune.

(AIP)

kkp/fmo

Entretien réalisé par KOFFI Kouassi Patrice

Chef du bureau de Séguéla.

Commentaires
Haut