Sécurité

En grève depuis un mois, les sapeurs-pompiers civils de Bondoukou exigent le départ du directeur général de l’ONPC

Le SYNAPC-CI réclame le redéploiement dans tous les Centres de secours d’urgence, du matériel encore stocké à la direction générale de l’ONPC, la clarification d’un statut paramilitaire ou assimilé des pompiers civils et d’autres mesures

Photo : AIP

Bondoukou, 26 juin (AIP) – En grève depuis plus d’un mois, les sapeurs-pompiers civils de Bondoukou (Nord-est, région du Gontougo) ont exigé le départ du directeur général de l’Office national de la protection civile (ONPC), le général Kili Fiacre, lors d’un point de presse, lundi, dans les bureaux du centre de secours et d’urgences (CSU) de la localité.

« Avec l’accord de tous les pompiers civils de Côte d’Ivoire, nous demandons le départ du général Kili Fiacre parce que nous jugeons qu’il n’arrive pas à gérer et à satisfaire nos revendications », a déclaré, le sergent Fofana Mamadou, porte-parole de la délégation régionale du Syndicat national des pompiers civils de Côte d’Ivoire (SYNAPC CI).

Selon M. Fofana, il s’est tenu en avril une réunion, à Abidjan, au cabinet du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, en vue d’apporter des réponses aux revendications des sapeurs-pompiers. Mais, cette rencontre s’est soldée par la mise sur pied d’un comité de suivi dont le travail n’a abouti à aucun accord au grand désarroi des hommes de feu, a fait remarquer le porte-parole.

« Nous sommes animés d’une très grande tristesse car nous nous sentons abandonnés par notre directeur Kili Fiacre et nous pensons que le président de la République n’est pas informé de notre situation », a-t-il fait savoir. Il a exprimé avec douleur son sentiment d’incapacité de secourir la population qui a besoin des pompiers du fait de la grève.

Le SYNAPC-CI réclame, entre autres, le redéploiement dans tous les Centres de secours d’urgence, du matériel encore stocké à la direction générale de l’Office national de la protection civile (ONPC), la clarification d’un statut paramilitaire ou assimilé des pompiers civils et l’octroi de la carte professionnelle de sous-officiers, l’application effective du profil de carrière avant l’intégration de la 2ème promotion et de l’arrêté 424/MEMEF/MD du 20 novembre 2003 attribuant des primes trimestrielles de risques au personnel opérationnel militaire et assimilé de l’ONPC à hauteur de 15% pour la catégorie 01 en lieu et place de 10% que cette catégorie de travailleurs perçoit.

Il s’agit également de la levée des sanctions de non-paiement des primes de risques aux-blâmés, de l’octroi de l’indemnité de risques et de sujétion et de la gratuité dans le transport public (SOTRA) à l’instar des gardes pénitentiaires, des agents des Eaux et forêts ainsi que des affaires maritimes qui appartiennent aussi à la loi de programmation des forces de sécurité intérieures 2016-2020 et du maintien des chefs de Centres à leur poste par la prise d’un arrêté suivi d’un budget de fonctionnement.

(AIP)

zaar/fmo

Commentaires
Haut