Dimbokro

Des leaders communautaires et religieux s’engagent à lutter contre les VBG à Dimbokro

Photo : AIP

Dimbokro, 21 juin (AIP) – Une trentaine de chefs de canton et de villages, de leaders communautaires et de jeunesse ainsi que des guides religieux du département de Dimbokro se sont engagés à lutter contre les violences basées sur le genre (VBG) notamment les mutilations génitales féminines, les violences sexuelles et les mariages précoces.

Ils ont pris cet engagement lors d’un atelier d’échanges sur la prévention et la prise en charge de ces phénomènes, initié jeudi au centre social de Dimbokro, par le Comité national de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants, la direction régionale du ministère de la Solidarité, de la Femme, de la famille et de l’Enfant représentée par Kouakou Charlotte et l’Association des femmes juristes de Côte d’Ivoire.

« Nous prenons l’engagement de mobiliser et sensibiliser nos communautés pour soutenir les actions du gouvernement et des institutions internationales dans la lutte contre les mariages précoces, les viols et les mutilations génitales féminines », a déclaré le porte-parole des autorités coutumières, Nanan Kotio. Il a justifié cet engagement par les conséquences graves des viols, des MGF et mariages précoces sur le développement physique et psychologique des enfants qui constituent l’avenir de la Côte d’Ivoire.

Les participants au séminaire ont également demandé à leurs pairs de s’engager dans cette lutte en refusant de célébrer les mariages d’enfants ou de pratiquer ces violences. Ils ont invité leurs pairs à abandonner toutes attitudes et pratiques cautionnant et protégeant les auteurs de mariage précoce, de viol et les mutilations génitales.

L’atelier a été organisé avec l’appui financier et technique de l’UNFPA, représenté par le responsable régional, Dr Ané Ambroise.
(AIP)
ik/cmas

Commentaires
Haut