Environnement

Les journées scientifiques de la Quinzaine nationale de l’environnement ouvertes à Abidjan

La ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable, Anne Désirée Ouloto, au lancement de la quinzaine nationale de l’environnement 2018

Photo : AIP

Abidjan, 07 juin (AIP)- Le combat contre la pollution plastique, l’érosion côtière ainsi que l’impact du mercure et du cyanure sur l’environnement va, durant deux jours, meubler les échanges entre experts lors des journées scientifiques de la Quinzaine nationale de l’environnement dont l’ouverture s’est faite jeudi à l’auditorium de la Bibliothèque nationale à Abidjan.

Le représentant de la ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable à l’ouverture de ses assises, Kouadio Parfait a expliqué que le Gouvernement ivoirien et ses partenaires veulent poursuivre et renforcer ses actions pour une Côte d’Ivoire sans déchets plastiques et sans pollution.

Selon le conseiller technique de la ministre Anne Désirée Ouloto, cette Quinzaine et particulièrement ces journées scientifiques vont offrir l’opportunité aux experts, aux universitaires, aux collectivités et au secteur privé d’apporter des pistes ou même des solutions à la problématique de l’agression de l’environnement. « Elles permettront de relever les défis, les opportunités pour un développement plus harmonieux », a assuré M. Kouadio.

« Le premier plastique à jeter de notre vie, sont les sacs, les pailles, les bouteilles jetables », a estimé, pour sa part, le chef du Bureau Afrique de l’Ouest du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), Angèle Luh.

Elle a salué le choix de ces journées, estimant n’avoir pas encore entendu les perspectives scientifiques, depuis l’ouverture vendredi de cette Quinzaine nationale de l’environnement. « Nous sommes devenus dépendants de l’usage de ces plastiques à usage unique. La pollution par les plastiques est devenue un des plus grands défis environnementaux. Conjuguons nos efforts pour combattre les déchets plastiques », a lancé Mme Luh.

Pour le président du comité scientifique, Dr Aboua Gustave, « la science doit être un carburant essentiel pour la résolution des problèmes environnementaux ». Il s’est félicité de la dynamique amorcée par la Côte d’Ivoire qui s’est résolument inscrite dans la droite ligne de l’éducation environnementale et du développement durable.

En Côte d’Ivoire, la Quinzaine de l’environnement, à l’instar de la communauté internationale, est meublée par trois importantes journées à savoir la journée mondiale de l’environnement, la journée mondiale de l’océan, et la journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse.

(AIP)

gak/cmas

Commentaires
Haut