Politique

“Le taux d’immigration ne saurait justifier le faible taux d’Ivoiriens sur la liste électorale” (député)

L’ancien ministre ivoirien des Sports, Alain Lobognon

Photo : Alerte Info

Abidjan, 17 mai 2018 – 13H24 GMT [ALERTE INFO]- L’ancien ministre ivoirien des Sports, Alain Lobognon, député issu du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel), a relevé jeudi que “le taux d’immigration en Côte d’Ivoire ne saurait justifier le faible taux d’Ivoiriens” inscrits “sur la liste électorale”, sur sa page Facebook.

Dans une interview publiée mercredi dans le journal gouvernemental Fraternité Matin, le deuxième vice-président de la Commission électorale indépendante (CEI), Gervais Coulibaly, a indiqué, pour justifier le faible taux d’électeurs inscrits sur la liste électorale qu’”il y a certes 24 millions d’habitants” en Côte d’Ivoire, “mais il n’y a pas 24 millions d’Ivoiriens”, évoquant “un fort taux d’immigration” dont ” il faut tenir compte”.

“Le taux d’immigration en Côte d’Ivoire ne saurait justifier le faible taux d’Ivoiriens sur la liste électorale”, a réagi M. Lobognon.

Pour lui, “la CEI n’a pas le droit de justifier le faible taux d’inscription sur la liste électorale”. Mais “il appartient” à la commission de “plutôt de s’inquiéter de l’absence de volonté étatique pour faciliter l’accès à la Carte nationale d’identité (CNI)”, l’une des pièces exigées pour l’enrôlement des électeurs.

“La CEI doit noter qu’aux six millions d’électeurs d’il y a 10 ans, devraient s’ajouter plusieurs centaines de milliers de nouveaux citoyens ivoiriens, disposant de leurs droits politiques”, a estimé le député de Fesco (Sud-ouest).

Alain Lobognon a déploré que le fait que “ni la CEI, ni l’Office national d’identification (ONI) “n’ont à ce jour dit avec précision” le nombre “de nouveaux détenteurs de cartes nationales d’identité établies depuis les élections générales de 2011”.

M. Lobognon a invité la CEI “à être juste et indépendante en demandant au gouvernement de faciliter l’accès à la CNI” car “rien ne justifie que depuis 2011, l’ONI n’ait pu octroyer que moins de 170.000 CNI, jugeant “ce chiffre très faible”.

Samedi, le président du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), Pascal Affi N’Guessan a estimé que la Côte d’Ivoire “ne peut se contenter d’une liste électorale de six millions d’électeurs”, souhaitant un fichier “inclusif”, sur lequel les “électeurs qui ne figurent pas, doivent s’y retrouver”.

La révision de la liste électorale en Côte d’Ivoire est prévue du 17 au 24 juin.

Les pièces à fournir pour l’enrôlement sont la Carte nationale d’identité, la carte d’électeur ou une attestation d’identité “établie” par l’ONI.

EFI

Commentaires
Haut