Politique

Les propos de Ouattara ne sont pas “un chantage’’ mais plutôt “un encouragement’’ (Cadre coalition au pouvoir)

Le secrétaire de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI, mouvance présidentielle), Laurent Tchagba

Photo : DR

Abidjan, 09 mai 2018 -[ALERTE INFO]- Le secrétaire de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI, mouvance présidentielle), Laurent Tchagba, a estimé mardi que les propos du chef de l’Etat Alassane Ouattara conditionnant l’entrée dans son futur gouvernement de cadres des autres partis de la coalition au pouvoir a une “validation’’ préalable des textes du parti unifié par leurs formations politiques n’étaient pas un chantage.

“En le disant, ce n’est pas un chantage. Je ne crois pas que ce soit un chantage mais plutôt un encouragement’’, a dit Laurent Tchagba, lors d’une conférence de presse au siège de son parti à Cocody, à Abidjan, qui portait essentiellement sur l’organisation du 2e congrès extraordinaire de l’UDPCI samedi à Yamoussoukro, au centre du pays.

Samedi, le Rassemblement des républicains (RDR), le parti présidentiel et grand promoteur du projet du parti unifié, avait tenu son 4e congrès extraordinaire au cours duquel, il a adopter les textes de cette future formation politique.

A la clôture de cette grande réunion, M. Ouattara, président d’honneur du RDR, a annoncé un remaniement ministériel “dans les semaines à venir’’, précisant que l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI, petit parti de la mouvance présidentielle) n’aura aucun portefeuille après son refus d’adopter les textes du futur parti unifié dénommé RHDP et devant naitre de la fusion des formations politiques de la coalition au pouvoir.

“Nous attendons la validation (par les autres partis) de l’accord politique pour former un nouveau gouvernement’’, avait-il ajouté.

Le président de l’UDPCI, Albert Mabri Toikeusse, membre du gouvernement depuis l’accession au pouvoir de M. Ouattara dont il était un des alliés au sein de la coalition gouvernementale, avaient été démis de ses fonctions à la veille des élections législatives de 2016.

Son limogeage était intervenu dans un contexte de dissensions entre son parti et le RDR.

N’ayant pas réussi à s’accorder avec le RDR sur des candidatures communes sous la bannière de la coalition gouvernementale, l’UDPCI a choisi d’aligner ses propres candidats dans de nombreuses circonscriptions face à ceux du pouvoir.

Au contraire de l’UPCI, l’UDPCI, devrait, selon M. Ouattara, faire bientôt son retour au gouvernement.

“Nous avions mis le ministre Mabri en congés mais il est temps que l’UDPCI revienne dans la famille RHDP’’, avait-il expliqué.

Laurent Tchagba, par ailleurs président du comité d’organisation du congrès, dont le thème est : “parti unifié, RHDP, UDPCI face aux défis du rassemblement pour bâtir la nation, a indiqué que 45.000 congressistes étaient attendus à Yamoussoukro.

Selon lui, les “militants auront la liberté de voter’’ pour ou contre l’adhésion de l’UDPCI au parti unifié, et seul le congrès décidera du mode du scrutin (main levée, acclamation ou bulletin secret).

SKO

Commentaires
Haut