Korhogo

Des militaires ivoiriens se forment aux droits de l’Homme et à la déontologie de leur métier

L’objectif du séminaire est de « sensibiliser les participants au respect des droits humains »

Photo : AIP

Korhogo, 12 mars (AIP) – Trente officiers et sous-officiers de la 4ème région militaire de Korhogo participent à un séminaire de « dissémination et d’appropriation » du code d’éthique et de déontologie militaire ouvert lundi, à l’initiative de la Coordination africaine des droits de l’Homme pour les armées (CADHA).

L’objectif du séminaire est de « sensibiliser les participants au respect des droits humains » et de l’Etat de droit dans l’exercice de leurs missions, a indiqué le coordonnateur général de la structure, Massoma Dosso.

Pendant deux jours, les formateurs passeront en revue les notions de base des droits de l’Homme, le code d’éthique et de déontologie militaire, la prévention de la torture, le droit international humanitaire. Ils aideront également les participants à mieux connaître les règles et principes de la Cour pénale internationale, ainsi que des notions comme la responsabilité de protéger ou celle de violences basées sur le genre.

Les crises et mutineries intervenues depuis 2002, en mettant en mal la cohésion entre les différentes forces militaires, mais aussi entre les populations et l’armée, ont mis en relief le faible niveau de connaissance des textes régissant l’exercice de leur profession par les militaires, et la perte de certaines valeurs qui y sont liées.

Le colonel Diarrassouba Zoumana, commandant de la région militaire, et le secrétaire général de préfecture, Binaté Lassina, ont salué l’initiative de la CADHA, et de son partenaire, le World Federalist Mouvement-Institut for Global Policy (WFM-IGP), qui répond, selon eux, à la volonté de l’Etat de bâtir une armée républicaine.

La CADHA a pour mission essentielle la promotion et la protection des droits humains pour les armées, aussi bien en temps de paix qu’en temps de conflit. Elle exerce cette mission en collaboration avec l’Etat-major général des armées de Côte d’Ivoire, et en partenariat avec le Système des Nations-unies et des organisations nationales et internationales de défense des droits de l’Homme.

(AIP)

kaem/tm

Commentaires
Haut