Abidjan

Les activités 2018 de la fondation LYA lancées à Abidjan

Photo : AIP

Abidjan, 10 mars (AIP)- La fondation LYA « vivre avec la drépanocytose » a organisé vendredi, à Abidjan, un petit déjeuner-débat pour le lancement de ses activités 2018, autour du thème, « vie scolaire et drépanocytose », une occasion pour la fondation de parler du premier pilier de son plan stratégique qui est l’éducation, sensibiliser la population et les autorités sur la maladie.

Cette rencontre, qui a réuni les représentants d’institutions, les directeurs d’écoles et professionnels de l’éducation nationale et le corps médical, a permis d’échanger sur deux sous thèmes notamment, l’impact de la drépanocytose dans le cursus scolaire des enfants et comment adapter le système aux enfants drépanocytaires.

Selon le socio-anthropologue et économiste de la santé à l’université d’Abobo, Dr N’Guessan Tenguel Sosthène, un des animateurs des sous-thèmes, la drépanocytose est une maladie du sang, héréditaire, transmise par les parents. Elle se transmet par deux parents qui ont le trais AS. On peut l’éviter en se faisant dépister pour savoir si l’on a pas le trait et en évitant les mariages à risque.

En ce qui concerne l’impact de la maladie en côte d’Ivoire, 12% de la population sont porteurs de l’hémoglobine S et 65,5% des enfants d’âge scolaire entre 5 et 14 ans sont touchés.

Dr N’Guessan a précisé que les enfants atteints de cette maladie sont très intelligents et ont besoin d’être suivis pour bénéficier d’une éducation dans les conditions d’égalité et de chance. « Un élève drépanocytaire n’est pas handicapé physique ou malade mental et peut avoir un cursus scolaire normal dans les limites tant cognitives que promotrices », a-t-il indiqué.

La présidente de Dépravie, une association française de lutte contre la drépanocytose Mme Corine Liegois, a ajouté que c’est grâce à l’effort de tous que nous pourrons créer une véritable synergie en faveur de la prise en charge de cette maladie en Côte d’Ivoire.

La FLVD est un organisme privé à but non lucratif qui défend les intérêts des malades atteints de la drépanocytose et porte assistance à leur familles depuis sa création en 2013.

(AIP)
kmc/fmo

Commentaires
Haut