Divo

Des jeunes en formation grâce à la mine d’agbaou

Photo : AIP

Divo, 10 mars (AIP) – Cent vingts jeunes originaires du village d’Agbaou, département de Divo, iront en formation à compter du 16 mars, à l’institut agropastorale de Bingerville et au lycée professionnel de Jacqueville, grâce aux fonds mis à la disposition du comité de développement local minier CDLM) par la compagnie Agbaou Gold Operation qui exploite la mine d’Agbaou.

Cette opération, une grande première dans les rapports entre la mine et les populations riveraines, est la matérialisation du nouvel esprit qui prévaut désormais entre ces deux partenaires depuis les premières journées des parties prenantes organisées au mois de février.

La formation va coûter un peu plus de 60 millions francs CFA pour une durée de trois mois pour les uns et six mois pour les autres. Les domaines retenus vont de la soudure métallique aux techniques de culture hors sol en passant par les métiers d’élevage, a-t-on appris, lors d’une brève cérémonie présidée par le préfet de la région du Lôh-Djiboua, préfet du département de Divo, Kouakou Assoma.

« On est tous bien d’accord qu’il ne s’agit pas d’une formation qui va contraindre la mine à vous embaucher », a lancé à l’endroit des futurs apprenants, le représentant du maire de Divo qui s’est personnellement impliqué dans cet accord entre le CDLM et les jeunes d’Agbaou.

Le préfet de Divo s’est félicité de ce que la formation qualifiante soit une préoccupation des jeunes d’Agbaou et a invité ceux des quatre autres villages voisins de la mine à exprimer leurs besoins dans le même sens.

« C’est ce qu’on attend des jeunes, avoir des initiatives. Les autres qui ont des projets peuvent les concevoir, un cabinet va les aider à les monter et les soumettre au CDLM de sorte que tout le monde puisse bénéficier des retombées de la mine ».

Institué par un arrêté interministériel, le CDLM est financé exclusivement par la mine qui lui verse chaque année 0,5% de son chiffre d’affaires. La structure qui comprend, outre les représentants techniques de l’Etat, ceux des villages voisins. Ensemble, cette équipe analyse les projets prioritaires émanant de chaque village et les exécute, selon un chronogramme consensuel.

(AIP)

gso/fmo

Commentaires
Haut