Assurances

Les assureurs réfléchissent sur la vitalité du secteur de l’assurance de la zone CIMA à Abidjan

Le ministre Koné Adama attend des réponses pertinentes pour la vitalité du secteur de l’assurance

Photo : AIP

Abidjan, 07 mars (AIP)- Les assureurs et acteurs des marchés financiers sont réunis depuis mercredi, à Abidjan, en vue d’examiner les problèmes qui entravent le développement des assurances dans les 14 Etats membres de la Conférence inter-africaine des marchés d’assurances (CIMA), afin d’y apporter des solutions idoines.

Procédant à l’ouverture des travaux qui prendront fin vendredi, le ministre de l’Economie et des Finances, Koné Adama, a souhaité que les assises d’Abidjan soient sanctionnées par de recommandations pertinentes et des solutions idoines pour le développement harmonieux des marchés africains des assurances.

En effet, pour aider à un développement de l’activité d’assurance en zone CIMA, le législateur communautaire a initié depuis quelques années un vaste programme de réformes axées sur le renforcement de la protection des assurés, souscripteurs et bénéficiaires de contrats d’assurances, la gouvernance, la solvabilité et la stabilité financière et l’inclusion financière (micro assurance et assurance inclusive).

L’objectif est d’aboutir à des résultats concrets permettant d’élaborer et mettre en œuvre un plan d’assainissement et de développement de l’industrie des assurances pour les prochaines années.

Le président de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (FANAF), Adama Ndiaye et le secrétaire général de la CIMA, Issofa Ncharé, ont exprimé leur optimisme pour la redynamisation du secteur de l’assurance à l’issue de cette rencontre en terre ivoirienne.

Ils ont estimé que cette rencontre en terre ivoirienne a pour but d’échanger sur la problématique du secteur de l’assurance confronté à divers maux qui entretiennent encore une perception négative de l’assurance auprès des populations en dépit des efforts déployés par les uns et les autres, d’identifier et de relever les défis anciens et nouveaux qui conditionnent le relèvement de la qualité et de la quantité de l’assurance à travers l’assurance inclusive, mobile et le micro assurance agricole dont les besoins restent largement non couverts, de saisir les opportunités qui charrient les mutations de l’environnement technologiques caractérisées par la digitalisation technologique.

Le secteur de l’assurance a enregistré un chiffre d’affaires de 1.145 milliards de francs CFA en 2017 contre 1106 milliards  de francs CFA en 2016 et le nombre de sociétés d’assurances est passé de 171 en 2015 à 184 en 2017, soit une progression de 5,6%.

Les dernières assises sur les états généraux se sont déroulées en 2007 à Douala, au Cameroun, indique-t-on.

(AIP)

bsp/fmo

Commentaires
Haut